Partager :

La 20e édition du Festival du cinéma israélien de Paris se tient depuis ce mercredi soir, en ligne, sur une plateforme dédiée. Chaque séance coûte 6 euros et est géolocalisée à l’Ile-de-France. Parmi les films diffusés : « Golden Voices » de Evgeny Ruman, sur l’émigration d’un couple russe en Israël en 1990 ; « The Electrifiers » de Boaz Armoni ; ou encore « The Day After I’m Gone » de Nimrod Eldar. Le Festival du Cinéma israélien rend hommage au chanteur Arik Einstein.

Arik Einstein est un chanteur et acteur israélien né le à Tel Aviv et mort le . Il est considéré comme l’un des plus grands chanteurs et auteurs-compositeurs de l’État d’Israël.

Parmi ses chansons les plus célèbres : Petit oiseau (Ouf Gozal), Une chanson de l’après-guerre (Shir shel Akherei Milkhama), Toi et moi (Ani Veata), Prends femme et construis-lui une maison (Kakh lekha isha ouBneh la baït).

Arieh (Arik) Einstein est né à Tel Aviv. Son père, Yaakov Einstein, est acteur au sein de la troupe Ohel. Dans sa jeunesse, il fut champion d’Israël de saut en hauteur 1. Sur le conseil de son père, il postule pour la troupe d’artistes de Tsahal, et rejoint la brigade des Nahal. En 1963, il épouse Alona dans le hall du théâtre Habima. Le couple divorce au bout de quatre années, après la naissance de leur fille Shiri. Ils se remarient en 1968, et donnent naissance à une seconde fille, Yasmin, en 1971. Leurs deux filles sont mariées aux fils de l’acteur Uri Zohar, ami de jeunesse d’Arik Einstein. Il est enterré au cimetière Trumpeldor de Tel-Aviv.

https://www.festivalcineisraelien.com/Programmes-2020.pdf

Partager :