Partager :

La crise corona a durement frappé les industries du tourisme, de l’aviation, de la culture et du cinéma. Mais il y a un domaine qui n’a pas été touché ou alors durement touché par une explosion de demandes et un manque cruel de personnel qualifié est celui  de la haute technologie.

Selon les estimations de Piplwize, 84% des entreprises de haute technologie prévoient d’augmenter leurs salaires dans l’année à venir pour garder leur effectif, afin de ne pas risquer de voir débaucher leurs programmeurs. De nombreuses entreprises ont du mal à recruter des employés. (Alliances.fr)

LE PLUS.

L’industrie israélienne de la haute technologie est un point lumineux dans la morosité : les exportations de technologies – R&D, logiciels et services informatiques – ont augmenté de 16 % en janvier-mai 2020. L’industrie technologique est l’un des secteurs qui a reçu le moins d’aide de la part du gouvernement, ont écrit les auteurs d’un rapport publiérécemment. Seulement 23 % des entreprises technologiques ont reçu une aide du gouvernement, contre une moyenne de 48 % pour le reste de l’économie.

En 2019, l’économie israélienne a connu une croissance de 3,4 % et le chômage a atteint un niveau record de 3,7 %. Le déficit budgétaire s’élevait à 3,9 % du PIB, bien que supérieur à l’objectif gouvernemental de 2,9 % du PIB. Cette année-là, les petites entreprises représentaient 36 % du PIB national, les grandes entreprises 46 % et les moyennes 18 %, selon le rapport.

Le ratio dette/PIB de la nation en 2020 devrait atteindre environ 77 % à
80 %, contre 115 % à 120 % pour les autres pays de l’OCDE.

En septembre, l’OCDE a prévu que l’économie israélienne devrait se contracter de 6 % cette année.

Source : fr.timesofisrael.com

Partager :