Partager :

Moscou et Jérusalem ont considérablement intensifié leur coopération militaire ces dernières années et 5 armes israéliennes intéressent particulièrement la Russie.

La défense antimissile :

La technologie russe a pris du retard par rapport à l’Occident, et surtout aux Israéliens, dans ce domaine. La famille de missiles israéliens SPIKE possède des capacités qui font cependant défaut aux Russes et qui comprend les profils d’attaque « fire and forget » et « top », qui permettent au SPIKE de frapper les chars ennemis au niveau le plus vulnérable.

Renseignement, surveillance et reconnaissance (ISR) :

L’expérience de plusieurs guerres à Gaza, sans parler du conflit de 2006 contre le Hezbollah et de l’occupation actuelle de la Cisjordanie, a donné à l’État israélien une capacité inégalée à créer une image de l’espace de combat.

Conscription :

Le programme de service national israélien continue à exploiter efficacement le meilleur capital humain du pays. Israël ne peut évidemment pas exporter les fondements de ce système en Russie, mais il pourrait apporter son aide aux réformes administratives destinées à améliorer les performances russes.

Systèmes avioniques :

Avec une industrie électronique étroitement liée au secteur aérospatial militaire, Israël s’est spécialisé dans le type de mises à niveau que les avions russes pourraient certainement utiliser. Il s’agit notamment de radars avancés, de systèmes de fusion de capteurs et de nacelles de capteurs nécessaires au ciblage de munitions guidées avec précision.

La dernière salve :

Alors qu’Israël a cherché à étendre sa base diplomatique au-delà des États-Unis et de l’Europe occidentale, il a de plus en plus développé des relations positives avec la Russie et pointe vers l’Est. Cet effort a porté à la fois sur le commerce et la diplomatie ; la technologie israélienne a déjà fait son chemin dans diverses armées à travers le monde, y compris en Russie.

En même temps, l’industrie militaire russe a besoin d’infusions constantes de technologie afin d’achever la transition de l’après-guerre froide.  Malgré les tensions de longue date entre les deux pays (Iran, avenir du régime Assad), les relations entre Moscou et Jérusalem pourraient s’avérer fructueuses pour les deux pays dans les prochaines décennies.

Source : National Interest & Israël Valley

Partager :