Partager :

Singapour redouble d’efforts en matière de recherche et d’innovation pour renforcer ses capacités de cybersécurité et le ministre d’État aux communications et à l’information, Janil Puthucheary, a annoncé jeudi dernier une collaboration prochaine entre l’Agence de cybersécurité de Singapour (CSA) et l’université israélienne de Tel-Aviv.

L’appel à subventions conjoint, qui s’inscrit dans le cadre du programme national de R&D en matière de cybersécurité (NCR), est le deuxième avec l’université de Tel-Aviv.

Il permettra aux chercheurs de Singapour de travailler avec leurs homologues israéliens dans des domaines difficiles, tels que la sécurité des villes intelligentes et l’Internet des objets (IoT), à partir de la fin de cette année.

Le CSA reprend également le programme NCR de la Fondation nationale de la recherche à partir de mars prochain, dans une démarche qui permettra d’exploiter les réseaux de partenaires que l’ASC a mis en place au fil des ans, et de laisser les organismes gouvernementaux, l’industrie et le monde universitaire collaborer plus facilement.

« Alors même que nous nous attaquons aux cyberdéfis d’aujourd’hui, il est important de se préparer aux cyber-menaces de demain », a déclaré le Dr Janil, qui s’exprimait lors d’une table ronde sur la sécurité internationale de l’IoT (Internet of Things) organisée dans le cadre de la Semaine internationale de la cybernétique de Singapour, au Sands Expo and Convention Centre.

« Avec les technologies émergentes telles que l’informatique quantique (à l’horizon), la recherche et l’innovation sont essentielles pour étendre nos capacités de cybersécurité dans des domaines d’importance stratégique, et créent également de nombreuses bonnes opportunités de carrière dans cet écosystème en pleine croissance ».

M. Janil a également souligné la nécessité de doubler la sécurité de l’IoT (objets connectés) à un moment où il existe déjà 31 milliards de ces dispositifs dans le monde, un nombre qui pourrait atteindre 75 milliards d’ici 2030.

Ces dispositifs sont devenus si omniprésents que beaucoup se sont mis à appeler l’IoT « l’Internet de tout », a-t-il déclaré.

« Mais une plus grande connectivité entraîne également de plus grands risques. La grande majorité des appareils – les interphones bébé, les routeurs domestiques, même nos réfrigérateurs et nos voitures – sont optimisés en termes de fonctionnalité et de coût, plutôt que de sécurité. Il ne s’agit pas seulement d’un problème technique, mais aussi d’une question de confiance et de partenariat ».

L’internet des objets fait référence à un réseau d’appareils dont chacun est doté de capteurs qui fournissent des informations sur l’activité et l’environnement de l’appareil.

Source : Staitstimes & Israël Valley

Partager :