Partager :
Initialement prévu au printemps 2020, Roland-Garros a été reporté à fin septembre. Ce dimanche, le tournoi du Grand Chelem débute à Paris, mais avec une jauge de 1.000 spectateurs par jour.
Denis SHAPOVALOV né à Tel Aviv, Israël sera bien là. C’est un joueur de tennis canadien, professionnel depuis 2016. (Ses parents ont quitté la Russie pour Israël où il est né en 1999. Sa famille déménage à Toronto alors qu’il a 9 mois.
Il est initié au tennis par sa mère à l’âge de 5 ans, puis s’entraîne dans une académie à Vaughan).
Denis Shapovalov est gaucher, il est un des rares joueurs de l’ère moderne avec un revers à une main lifté. Il fait régulièrement des revers sautés liftés puissants et très impressionnants. Au service, il utilise fréquemment le slice dit « de gaucher », sortant loin sur le revers d’un droitier.
LE PLUS. L’Association israélienne de tennis, fondée en 1950, est l’organisme national régissant le sport du tennis en Israël. L’ITA régit les dispositions relatives aux ligues et tournois de tennis israéliens, la participation d’Israël à la Coupe Davis et la participation israélienne aux tournois de tennis à l’étranger.
SELON EUROPE1.  « Invité de la matinale d’Europe 1 pour évoquer les conséquences de cette situation inédite, le patron de la FFT Bernard Giudicelli assure que l’impact financier sur la Fédération française de tennis « a été anticipé »

INTERVIEW »Je pense que l’optimisme est notre seconde nature », glisse Bernard Giudicelli. En ce moment, le président de la Fédération française de tennis, comme tous les amoureux des tournois du Grand Chelem, essaye de voir le bon côté des choses : Roland-Garros aura bien lieu. Le tournoi mythique qui se joue chaque année Porte d’Auteuil a été reporté en raison de la pandémie de coronavirus et débute ce dimanche. Toujours en raison du virus, le nombre de spectateurs est limité dans les gradins. D’importantes rentrées d’argent vont donc manquer dans les caisses de la FFT. « L’impact financier sur la FFT a été anticipé », rassure Bernard Giudicelli ce dimanche sur Europe 1. « Nous avons réuni au mois de juin une Assemblée générale (de la FFT, ndlr) pour solliciter un emprunt et cet emprunt va nous permettre de passer ce cap difficile. »

« Il faut respecter tous les gens qui font le tennis par le simple fait de vouloir organiser le tournoi »

« Financièrement, c’est extrêmement compliqué, mais ça l’est pour tout le monde, dans tout le secteur de la vie économique », continue Bernard Giudicelli. « Nous sommes une Fédération, il ne faut pas s’arrêter à l’aspect économique : il faut avancer et il faut respecter tous les gens qui font le tennis par le simple fait de vouloir organiser le tournoi. »

Ainsi, les matchs se dérouleront sur le court central dès 11 heures ce dimanche. 80% des spectateurs « seront des spectateurs chanceux », dit le patron de la FFT puisqu’un tirage au sort a été effectué parmi les personnes qui avaient pu obtenir un billet. Le reste du public sera composé essentiellement de présidents de clubs et de dirigeants. En revanche, « les malchanceux bénéficieront de priorités d’achat pour 2021″, a annoncé Bernard Giudicelli. »Si Nadal est le roi, Thiem est le prince »

Interrogé sur le tournoi, qui sera bien plus ouvert que d’habitude en raison du contexte, mais aussi à cause des conditions météorologiques, Bernard Giudicelli explique que même pour Rafael Nadal, qui a gagné douze fois Roland-Garros, rien n’est joué. « Les favoris se sont signalés au moment de l’US Open, et si Nadal est le roi, Thiem est le prince », a lancé le président de la FFT. « Il ne faut pas oublier Djokovic, qui arrive ici avec une volonté énorme », rappelle-t-il. Chez les femmes, « le tableau est ouvert, mais Simona Halep est favorite ».

Par Ariel Guez (Europe1)
Partager :