Partager :
Un homme d’affaires privé d’Abou Dhabi, dont le nom ne deviendra public qu’après la signature de l’accord, souhaite investir dans le club de football Beitar Jerusalem.
« L’accord est réel et à l’horizon », a-t-il déclaré à i24 News.
« Il y a déjà eu des discussions avec Zoom. Des comptables et des avocats sont entrés en scène pour vérifier la faisabilité du déménagement financièrement et légalement ».
Expliquant sa raison de vouloir investir à Beitar Jérusalem, l’homme d’affaires a déclaré à des associés qu’il entretenait une amitié depuis plusieurs années avec le propriétaire de Beitar, Moshe Hogeg, après avoir fait des affaires ensemble dans le domaine de la technologie.
Il a ajouté que, maintenant qu’il y a un accord de paix entre les deux pays, il est également possible de conclure un partenariat dans le football.
Concernant les questions sur le racisme des partisans de Beitar envers les joueurs arabes, il a déclaré à ses associés que « le fanatisme est enraciné dans l’ignorance et la peur de l’autre ».
Les supporters de Beitar Jerusalem sont bien connus pour leur opposition à l’intégration des Arabes dans le club, et ils sont fiers du fait que Beitar Jerusalem est la seule équipe de la Premier League israélienne à n’avoir jamais eu de joueur arabe.
Le club a été plusieurs fois sanctionné pour le comportement de ses supporters, qui crient parfois des slogans anti-arabes et racistes à l’intérieur et à l’extérieur du stade.
L’homme d’affaires a déclaré que «s’il y a un esprit de tolérance, nous pouvons créer une atmosphère de pure amitié», ajoutant que la seule exigence pour cela est le respect de la personne, quelle que soit sa race ou sa religion.
« Le sport est un langage mondial doté de tolérance et de paix entre les pays et les peuples.
Les supporters de Beitar comprendront bientôt que le peuple des Emirats veut la paix et la coexistence », a-t-il poursuivi.
L’homme d’affaires a également appelé davantage de personnes aux Émirats à s’intéresser et à essayer d’investir et de conclure des partenariats dans des groupes israéliens.

Source Alnas

Partager :