Partager :

Un bref aperçu des principales initiatives de paix au Moyen-Orient au cours des décennie s:

1978 – Accord de Camp David.

Menachem Begin en Israël et Anouar Sadate en Égypte s’entendent sur un cadre de paix régionale qui appelle un retrait israélien par étapes du Sinaï égyptien et un gouvernement palestinien de transition en Cisjordanie et à Gaza.

1979 – Traité de paix israélo-égyptien.

Le premier traité de paix entre Israël et un pays arabe a établi des plans pour un retrait israélien complet du Sinaï dans les trois ans. En 1981, Sadate a été assassiné par des révolutionnaires islamistes opposés à l’accord.

1991 – Sommet de Madrid.

Des représentants d’Israël et de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) assistent à une conférence de paix. Aucun accord n’est conclu mais le décor est planté pour des contacts directs.

1993 – Déclaration de principes / Accords d’Oslo.

Israël et l’OLP tiennent des pourparlers secrets en Norvège qui aboutissent à des accords de paix intérimaires appelant à l’établissement d’un gouvernement autonome intérimaire palestinien et d’un conseil élu en Cisjordanie et à Gaza pour une période de transition de cinq ans, le retrait des troupes israéliennes et des négociations sur un établissement permanent.

1994 – Accord Israël-Jordanie.

La Jordanie devient le deuxième pays arabe à signer un traité de paix avec Israël. Mais le traité est impopulaire et le sentiment pro-palestinien est répandu en Jordanie.

2000 – Sommet de Camp David.

Le président américain Bill Clinton convoque le dirigeant palestinien Yasser Arafat et le Premier ministre israélien Ehud Barak à Camp David. Ils ne parviennent pas à s’entendre. Un autre soulèvement palestinien s’ensuit.

2002–2003 – Déclaration de Bush / Initiative de paix arabe / Feuille de route.

George W. Bush devient le premier président américain à appeler à la création d’un État palestinien, vivant côte à côte avec Israël « dans la paix et la sécurité ».

2002 – L’Arabie saoudite présente un plan de paix approuvé par la Ligue arabe pour le retrait total d’Israël du territoire occupé et l’acceptation par Israël d’un État palestinien en échange de relations normales avec les pays arabes. Les États-Unis, l’Union européenne, les Nations Unies et la Russie présentent leur propre feuille de route pour une solution permanente du conflit à deux États.

2007 – Sommet d’Annapolis.

Le président palestinien Mahmoud Abbas et le Premier ministre israélien Ehud Olmert ne parviennent pas à un accord lors d’un sommet organisé par les États-Unis. Olmert a déclaré plus tard qu’ils étaient proches d’un accord, mais une enquête sur la corruption contre lui et une guerre à Gaza en 2008 sabotent tout accord.

2009 – Discours de Netanyahu Bar-Ilan.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il serait prêt pour un accord de paix comprenant la création d’un État palestinien démilitarisé. Il pose également une autre condition: la reconnaissance palestinienne d’Israël en tant qu ‘«État du peuple juif».

2013-2014 – Les pourparlers de paix / négociations de Washington échouent.

Le secrétaire d’État américain John Kerry persuade les Israéliens et les Palestiniens de reprendre les pourparlers. Ils échouent et sont suspendus en avril 2014.

2019 – Le plan de paix de l’administration Trump au Moyen-Orient.

L’étape préliminaire du plan de Trump pour le Moyen-Orient est lancée à Bahreïn par le conseiller de haut niveau de la Maison Blanche, Jared Kushner. Il adopte une approche «économie d’abord», appelant à un fonds d’investissement de 50 milliards de dollars pour stimuler les économies palestiniennes et arabes voisines. Les dirigeants palestiniens la rejettent.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il avait l’intention d’étendre la souveraineté à certaines parties de la Judée-Samarie et de la vallée du Jourdain. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo soutient efficacement le droit revendiqué par Israël de construire des colonies juives en Cisjordanie en abandonnant une position américaine vieille de quatre décennies selon laquelle elles étaient incompatibles avec le droit international. La plupart des pays les considèrent toujours comme illégaux.

2020 – Histoire en devenir

Janvier 2020 – Trump dévoile son plan complet pour le Moyen-Orient à Washington, aux côtés de Netanyahu. Il offrait aux États-Unis la reconnaissance de la souveraineté d’Israël sur ses colonies de Cisjordanie et exigeait que les Palestiniens remplissent des conditions difficiles pour un État. Les Palestiniens la rejettent comme une annexion de facto, affirmant que cela leur laisserait un état fragmenté du «fromage suisse». Les colons d’extrême droite d’Israël rejettent également le plan, s’opposant à toute forme d’État palestinien.

13 août 2020 – Trump annonce un accord surprise pour normaliser les relations entre Israël et les Émirats arabes unis. Les responsables émiratis disent que l’accord met fin à l’annexion de la Cisjordanie. Mais Netanyahu dit que cela signifiait seulement qu’Israël avait accepté «d’attendre temporairement».

11 septembre 2020 – Bahreïn a conclu un accord pour normaliser les relations avec Israël, affirmant que cela « augmenterait la stabilité, la sécurité et la prospérité dans la région » dans une déclaration conjointe avec Israël et les États-Unis.

 

http://www1.alliancefr.com

 

 

 

 

Partager :