Partager :

L’équipe cycliste Israel Start-Up Nation est une équipe cycliste israélienne, qui court avec une licence d’UCI WorldTeam. Elle est créée en 2015 avec le statut d’équipe continentale. En 2020, elle met en place une équipe continentale, nommée Israel Cycling Academy, pour le développement du cyclisme en Israël.

L’Alsacien Hugo Hofstetter (Israel Start-Up Nation) a obtenu une très belle 4e place à l’issue du sprint final marquant l’arrivée de la troisième étape du Tour, entre Nice et Sisteron (198 km) ce lundi. Une belle performance pour le Haut-Rhinois qui s’est payé le luxe de devancer le nouveau maillot vert de ce Tour, Peter Sagan (5e).

LE PLUS. « L’alsacien Hugo Hofstetter, 26 ans, a déjà marqué les esprits pour son premier Tour de France qu’il coure avec l’équipe Israël Start-up Nation. Lundi, il a remporté une quatrième place dans l’étape Nice-Sisteron.

C’était la bonne surprise lundi du Tour de France, une quatrième place au sprint pour l’alsacien Hugo Hofstetter dans  la 3e étape disputée entre Nice et Sisteron. A 26 ans, c’est son premier Tour de France, au sein de la formation Israël Start-up Nation.

Ses parents résident à Seppois-le-Bas (Haut-Rhin). Dans leur maison, s’entassent les coupes et les maillots de leur fils. Ils ont fait le week-end dernier le déplacement dans la région niçoise pour l’encourager. Dès ce mercredi matin, ils  repartent en voiture, direction l’Ardèche puis l’Aveyron, pour tenter d’assister encore à une ou deux étapes. Ils veulentsoutenir leur fils Hugo qui est plus un routier-sprinter qu’un grimpeur.

Le papa Walter Hofstetter est aussi adepte du cyclisme et regarde attentivement les étapes du Tour de France en connaisseur :  « les organismes commencent à fatiguer. Si il se glisse dans le « gruppetto » il peut tenir encore quelques jours ». Il sait que son fils est accrocheur et dur au mal.

L’obstacle des Pyrénées pourrait s’avérer difficile mais qui sait ? Le rêve  de sa maman Geneviève, serait de le voir encore présent sur les Champs-Élysées. Et Genevière Hofstetter, sa maman, veut y croire malgré les difficultés de la course : « Ce ne sera pas facile avec toutes les montagnes qu’il y a aussi la troisième semaine ».

www.francebleu.fr/

Partager :