Partager :

Alors que la pandémie de coronavirus fait déjà des ravages dans le secteur, les ministres du tourisme d’Israël, de Grèce et de Chypre ont discuté d’une proposition visant à créer une zone de sécurité pour le tourisme entre les pays, mais Israël examine avec prudence l’initiative grecque, qui n’entrerait pas en vigueur au moins avant la mi-juin.

Les discussions sur la question en sont à leurs débuts et Israël vérifie encore si une telle zone de sécurité serait possible, a déclaré une source du ministère des affaires étrangères.

La logique derrière la création d’une zone Israël-Grèce-Chypre est que les gens sont moins susceptibles de vouloir voyager loin dans les mois à venir, mais peuvent être plus ouverts à visiter les pays voisins.

Le ministre des affaires étrangères Israël Katz s’est entretenu mardi avec son homologue grec Nikos Dendias sur « l’amélioration de la situation du coronavirus dans nos pays et la poursuite de la coopération économique », a écrit M. Katz sur twitter.

Le ministre grec du tourisme, Harry Theoharis, a déclaré : « Israël est l’un de nos objectifs stratégiques pour la réouverture du tourisme en Grèce. En conséquence, nous avons déjà entamé des discussions et des phases préliminaires sur la manière d’aligner nos normes et protocoles d’hygiène, ce qui permettra la reprise des voyages entre les deux pays. Il s’agit encore de phases préliminaires, mais nous avons bon espoir de parvenir à un accord mutuel ».

Louisa Varaclas, directrice de l’Organisation chypriote du tourisme, a déclaré que « le tourisme est très important pour nous et nous travaillons à » relancer l’industrie.

Nous avons commencé à lever les mesures de confinement et à les faire évoluer. A la fin de chaque étape, nous vérifions la situation et nous passons à autre chose. Sur cette base, l’ouverture du tourisme et des vols devrait avoir lieu vers la mi-juin. C’est l’objectif », a déclaré M. Varaclas.

Cette semaine, le gouvernement chypriote a commencé à organiser des réunions avec les différentes parties de l’industrie du tourisme afin de fixer les conditions dans lesquelles les hôtels, les compagnies aériennes et autres peuvent fonctionner.

« Notre première préoccupation n’est pas seulement de faire venir le tourisme, mais nous voulons que les touristes soient en sécurité et que nos gens soient en sécurité », a ajouté M. Varaclas.

Source : In Cyprus & Israël Valley

Partager :