Partager :

Tel-Aviv (Eyal Cohen). L’intelligence artificielle peut se comprendre comme  l’application de logiciels et de techniques de programmation mettant en lumière les principes de l’intelligence en général, et de la pensée humaine en particulier.
Ces dernières années, les progrès des machines surpassant les humains ont été manifestes. Le développement récent des technologies informatiques et des techniques algorithmiques, comme le deep learning ou l’analyse du Big Data ont permis la réalisation de programmes informatiques surpassant l’homme dans certaines de ses capacités cognitives emblématiques : le jeu d’échecs en 1997, le jeu de go en 2016 et le poker en 2017. Ces succès impressionnants encouragent les innovations et posent l’incontournable question : what is next ?
Pour Israël, être technologiquement plus avancé que les autres pays développés n’est pas accessoire, c’est une nécessité pour la survie du pays. L’armée entraine et se sert de jeunes ingénieurs spécialisés dans l’intelligence artificielle et dans le Big Data pour rechercher de l’information sur les pays environnants, mais aussi pour surveiller et identifier des cibles avec précision. Cette recherche permanente d’innovation aboutit à des technologies qui permettent l’agrégation et le croisement de milliers de données extérieures, et parviennent à extraire des résultats et à identifier des tendances avec une efficacité sans précédents.
La suite logique et idéale serait l’application de ces innovations, non pas uniquement dans le secteur militaire, mais également dans la société civile.
Impossible de parler d’intelligence artificielle israélienne en passant à côté du succès de MobilEye, société rachetée pour 15,3 milliards de dollars par Intel, qui développe des systèmes d’assistance à la conduite de véhicules. Cette société joue un rôle majeur dans le développement des voitures autonomes.
 

Partager :