Partager :

L’Association médicale israélienne (IMA) a annoncé que tous les services médicaux israéliens, sauf les services d’urgence, ont été en grève ce lundi pour protester contre les récents incidents de violence survenus dans les hôpitaux.

Les médecins travailleront selon un horaire réduit comme le jour du Shabbat, sauf pour les services d’urgences ou dans les services hospitaliers d’oncologie, d’hématologie et d’obstétrique.

Cette grève fait suite à des incidents de violences graves qui sont survenus dernièrement dans les hôpitaux israéliens. La semaine dernière, un pédiatre a été agressé par de jeunes parents qui ne voulaient pas attendre la libération de leur enfant au centre médical universitaire de Soroka à Beersheba.

Récemment, Une patiente de 17 ans du centre de santé pour femmes des services de santé de Clalit à Ramle a attaqué un médecin avec un coup de poing américain et lui a donné des coups de pied à la tête. Le médecin a été coupé au visage et a reçu des soins médicaux au centre médical Shamir à Tzrifin.

« Nous avons clairement indiqué à l’avance que nos sanctions à Soroka n’étaient qu’une grève d’avertissement, et maintenant, nous n’avons pas d’autre choix que d’envisager sérieusement de fermer l’ensemble du système de santé afin que quelqu’un au gouvernement se réveille et mette fin à cette anarchie« , a déclaré le président de l’IMA, le professeur Zion Hagai.

Zion Hagai a ajouté que « l’Association médicale israélienne est mécontente de ce que le ministère de la Santé a fait pour protéger le personnel des patients violents et des membres de leur famille« .

Eliran COHEN pour Israel Actualités.

Partager :