Partager :

« Je finance les ultra-orthodoxes indirectement par les impôts que je paie et je ne veux pas les financer directement aussi », a déclaré la restauratrice

Anat Shabi, propriétaire d’un restaurant à Tel-Aviv, a été interrogé par Yair Eisenberg, un journaliste qui est venu au restaurant connu pour être et qui soudainement ne voit plus le certificat casher .

En réponse, elle a affirmé qu’à cause du nouveau gouvernement, elle avait décidé d’arrêter de vendre de la nourriture casher.

Eisenberg a tweeté plus tard: « Je suis un peu choqué, je viens d’aller dans un restaurant du quartier du marché du Carmel qui est censé être casher, quand je suis entré, j’ai vu qu’il n’y avait plus de certificat casher et j’ai demandé pourquoi. La propriétaire du lieu s’est fâchée contre moi et m’a dit qu’à cause du nouveau gouvernement, elle avait décidé d’arrêter de vendre casher.

La propriétaire du restaurant a tweeté sa propre explication : « Je suis désolée que vous vous soyez senti offensé. En tant que lesbienne, yéménite, mère célibataire et  gauchiste, j’ai parfaitement le droit de rendre mon restaurant non casher. Je finance l’ ultra- orthodoxie indirectement à travers les impôts que je paie et je ne veux pas non plus les financer directement. »

ALLIANCE.FR

Partager :