Dieudonné. L’ex-Premier Ministre, Manuel Valls, fait paraître une Tribune remarquable dans le JDD.

Par |2023-01-15T10:07:04+01:0015 Jan 2023|Catégories : EDITORIAL|
Partager :

Manuel Valls : « Dieudonné est un antisémite et un raciste, un point c’est tout »

L’ancien Premier ministre, Manuel Valls, qui avait mené un combat contre les spectacles de Dieudonné dès 2013 revient sur la « demande de pardon » de l’humoriste à la communauté juive.

Manuel Valls photographié à Paris le 3 mai 2021

Manuel Valls ne croit pas « un seul instant » de la sincérité des excuses de Dieudonné.

Certains ont cru à une blague de mauvais goût. Mardi 10 janvier, Cyril Hanouna a consacré une séquence de son émission Touche pas à mon poste à la « lettre d’excuse événement » de l’humoriste Dieudonné multi condamné pour injures raciales et incitation à la haine, publiée dans le journal Israël Magazine. (COPYRIGHTS. lexpress.fr)

DANS LE JDD. COPYRIGHTS.

Voici la tribune de Manuel Valls : « Mardi 10 janvier 2023, la nouvelle tombe. Dieudonné fait son mea-culpa, il demande pardon à ses enfants pour son absence, à la communauté juive pour sa « surenchère ». Il voulait faire rire, il a failli à son objectif, il le regrette. Il aspire dorénavant à jouir de ses vieux jours, à « quitter la scène en paix », dans un « respect sincère et réciproque »…

Avec le temps, Monsieur M’bala M’bala aurait-il affiné son art au point d’être enfin à la hauteur du titre d’humoriste qu’on lui prête trop généreusement ? Car oui, j’ai d’abord cru à une blague. Aucun magazine à destination des Français vivant en Israël ne pourrait se faire le relais de tels propos, qui plus est vides de sens et sans le moindre examen de conscience des faits et des discours extrêmement graves qui lui sont reprochés. »

Comment pouvez-vous croire en la bonne foi d’un individu qui n’a eu de cesse de déverser son venin au cours des dernières décennies ?

J’ai repris mon sérieux en constatant que des voix s’élevaient déjà, se disant prêtes à rentrer dans le jeu de cette énième et insupportable manipulation. Certains ont, paraît-il, la nostalgie d’un Dieudonné qui a été un humoriste de talent et dont le duo unique qu’il formait avec Elie Semoun fut drôle, incisif. Ils ont envie de le croire et de passer l’éponge, de retrouver leur « Dieudo » qui s’est égaré quelques temps. Au fond, tout cela n’était pas si grave… Il faudrait lui accorder notre pardon… Il croule en plus sous les dettes, victime de la justice et des politiques …

Pauvres naïfs, bande d’idiots utiles, comment pouvez-vous croire en la bonne foi d’un individu qui n’a eu de cesse de déverser son venin au cours des dernières décennies ? N’avez-vous rien appris du passé ? Dans quel monde vivons-nous ? Je suis révolté par le cynisme de ceux qui se prêtent à cette mascarade !

Je pense aux mots endoloris de Ruth Halimi, dont le fils Ilan a été séquestré, torturé par le gang des Barbares : « Dieudonné est responsable de la montée de l’antisémitisme. […] Il faut qu’il sache que la parole est pire qu’une arme ». Chaque mot sifflé de la bouche de Dieudonné a empoisonné des cœurs, corrompus des âmes et blessés des innocents. Et pendant que cette mère pleure son fils, 17 ans après sa disparition, d’autres seraient disposés à pardonner à celui qui a diffusé ce poison antisémite.

Dès 2003, ses prises de parole révèlent une autre facette de l’humoriste qui multiplie les provocations et les insultes envers les Juifs et l’Etat d’Israël. Désormais seul en scène sauf quand il fait monter à ses côtés le négationniste Robert Faurisson devant Jean-Marie Le Pen, parrain de sa fille, ses spectacles ne s’apparentent à rien d’autre qu’à des meetings antisémites, sous les acclamations de milliers de personnes.

Alerté par le Crif et la Licra, alors ministre de l’Intérieur, je décide de faire interdire ses spectacles fin 2013. Cela cristallisera le débat autour de la liberté d’expression. Il n’y a pourtant pas de discussion possible, les propos de cet individu sont une grave menace pour l’ordre public et relèvent du pénal. Le Conseil d’Etat me donne raison et les délits sont traduits en justice. C’est pour moi une première victoire contre la haine et le racisme qui sont synonymes de détestation de nous-mêmes et de la France. Ce n’est pas un combat personnel mais lui me poursuit de sa hargne à Evry et sur les réseaux sociaux.

Je ne lâche rien car il est la face visible de l’antisémitisme qui déferle dans notre pays depuis le début de ce siècle, le carrefour entre l’extrême droite, l’extrême gauche, les islamistes et d’autres groupes radicaux unis dans la haine des Juifs et d’Israël. « L’antisionisme est l’antisémitisme justifié, mis enfin à la portée de tous. Il est la permission d’être démocratiquement antisémite » écrivait déjà Vladimir Jankélévitch en 1967.

Pourquoi Dieudonné M’bala M’bala n’a-t-il pas ouvert les yeux après la séquestration et la torture ayant conduit à la mort d’Ilan Halimi ? »

À tous ceux qui auraient la grâce facile, et peut-être la mémoire courte, je m’interroge : pourquoi Dieudonné M’bala M’bala n’a-t-il pas ouvert les yeux après la séquestration et la torture ayant conduit à la mort d’Ilan Halimi, au nom de l’un des plus anciens clichés antisémites de l’Histoire liant les Juifs à l’argent, qu’il a de surcroît largement contribué à répandre ? L’attentat de 2012 à l’école juive Ozar Hatorah de Toulouse, où la vie de trois enfants fut arrachée, n’aurait-il pas dû suffire à faire taire définitivement cet homme dont l’obsession frénétique était de s’en prendre aux Juifs ?

Pourquoi Monsieur M’bala M’bala ne s’est-il pas arrêté après que l’écho des cris « Mort aux Juifs » ait raisonné dans les rues de Paris alors qu’il y déambulait en 2014 lors d’une manifestation de soutien à la population de Gaza ? Pourquoi, au soir de la marche républicaine du dimanche 11 janvier 2015 en mémoire aux victimes des attentats terroristes, a-t-il écrit se sentir « Charlie Coulibaly » dans une double référence odieuse à Charlie Hebdo, cible des attaques, et au terroriste Amedy Coulibaly, auteur de la prise d’otages meurtrière de l’Hyper Cacher de la Porte de Vincennes ? Carlos, un autre terroriste, n’est-il pas le parrain de l’un de ses enfants ?

Vous le savez comme moi, je pourrais poursuivre longuement mes interrogations tant les Juifs de France ont été ciblés à de multiples reprises. Doit-on se demander encore au nom de quoi ne lui pardonnerait-on pas ?

« Ses excuses n’ont aucune valeur et sont sans impact face à toutes les années d’acharnement »

Ses excuses n’ont aucune valeur et sont sans impact face à toutes les années d’acharnement où il s’est « humblement […] laissé aller au jeu de la surenchère ». Il a « pu heurter, choquer, blesser », « parfois [avoir] fais preuve d’outrances, de provocations déplacées ». Indignité même dans le choix des mots qui visent à qualifier, entre autres, ses liens avec le néo-nazi Alain Soral, condamné maintes fois pour négationnisme, incitation et provocation à la haine, et ses déplacements vers l’Iran pour y remettre notamment la « quenelle d’or » à l’ancien président iranien pour récompenser son combat antisioniste. « Respect réciproque et sincère », disait-il ?

La responsabilité de Monsieur M’bala M’bala est immense. Il a effrontément participé à la banalisation et à la diffusion d’un antisémitisme décomplexé, répandant des propos écœurants auprès de tout un pan de la population hilare et inconsciente, ou non, du drame dont elle s’est rendue complice.

Les mots passent mais marquent les consciences. Le chemin est encore long pour réparer la société que Dieudonné s’est donné tant de mal à fragmenter. Après s’être fait l’ouvrier fidèle, le diffuseur obstiné de la haine des Juifs sous toutes ses formes, cette lettre n’est qu’une nouvelle atteinte à tous ceux qui en sont les victimes encore chaque jour. Reste à cet humoriste factice de se faire oublier pour respecter la dignité de toutes les personnes qui ont été sa cible, en attendant les multiples décisions de justice qui restent en cours. Mais attention d’autres clowns grimaçants ont pris le relais, relativisant tout sur les médias et la toile, surfant sur les thèses complotistes et participant de l’effondrement des valeurs universelles. Plus que jamais, il nous appartient de trouver le remède à la haine infusée dans notre société. »

Partager :

Partager cet article, Choisissez votre plateforme !

Aller en haut