Partager :

Selon un analyste de S&P, les plans de réforme judiciaire du nouveau gouvernement israélien pourraient exercer une pression sur la cote de crédit souverain du pays alors même que le budget reste sous contrôle, tout comme une escalade violente avec les Palestiniens.

Dans une interview avec Reuters, le directeur de Global Ratings, Maxim Rybnikov, a déclaré que l’agence suivait de près les décisions que le cabinet du Premier ministre Benyamin Netanyahou pourrait prendre en Judée-Samarie, ainsi que la refonte judiciaire promise qui réduirait les pouvoirs de la Cour suprême.

« Cela pourrait présenter des risques à la baisse (pour les notations d’Israël), bouleversant l’équilibre actuel », a-t-il affirmé. « La principale préoccupation pour nous serait la … situation de sécurité qui pourrait être compromise dans un scénario de politiques plus dures. »

L’année dernière a vu certaines des pires violences en Cisjordanie depuis des années. Le gouvernement de coalition de Netanyahu, assermenté le mois dernier, a promis de renforcer les colonies israéliennes. Le cabinet comprend également des partenaires qui militent pour l’annexion du territoire. « Si les changements annoncés du système judiciaire établissent une tendance à l’affaiblissement des arrangements institutionnels d’Israël et des freins et contrepoids existants, cela pourrait à l’avenir présenter des risques de baisse des notes. Mais nous n’en sommes pas encore là », a-t-il déclaré. « La rhétorique dure qui sape la situation fragile en Judée-Samarie pourrait également générer des risques », a déclaré Rybnikov. « Si nous voyons plus de protestations, ce ne sera pas non plus une bonne nouvelle pour l’économie ».

Gabriel Attal. RADIO J. COPYRIGHTS.

 

Partager :