Partager :

Radio J à 14h45 dans l’émission de Steve. « Jack Ma et sa relation unique avec Israël. Ses déclarations et son amour pour le hightech israélien… ».

Jack Ma, le fondateur du groupe chinois Alibaba, géant du commerce électronique, aurait été vu très récemment en Israël. Il avait déclaré lors d’une conférence à Tel-Aviv qu’il avait appris deux choses sur Israël au cours de ses deux voyages dans le pays: l’innovation et la « chutzpa » (le courage de changer).

« En Israël, l’innovation omniprésente, comme l’eau et la nourriture, est tellement naturelle », avait déclaré le magnat des affaires et philanthrope à un public composé d’entrepreneurs technologiques locaux et étrangers dans le cadre d’un Sommet sur l’innovation du Premier ministre israélien. « Même si vous n’avez rien, si vous avez un cerveau et un coeur, rien n’est impossible, » avait-t-il affirmé.

« Quand la connaissance – le QI – rencontre l’intelligence émotionnelle, – le QE- cela s’appelle l’innovation, et Israël possède toutes ces choses, » a-t-il ajouté. « Israël sait que la ressource la plus précieuse dans le monde n’est pas le pétrole ou le gaz, mais le cerveau humain. Israël innove non seulement pour lui-même, mais aussi pour le monde entier, » avait poursuivi le milliardaire.

« La plupart des gens innovent pour réussir, mais je trouve qu’Israël innove pour survivre : vous n’avez pas de diamants, mais vous avez la plus grande bourse de diamants au monde. Vous ne fabriquez pas de voitures, mais vous disposez de la meilleure technologie automobile au monde. Vous n’avez pas d’eau, mais j’ai entendu dire que vous êtes l’un des plus gros exportateurs de fruits et légumes en Europe. C’est étonnant, » a-t-il exprimé.

ISRAËL-CHINE.

Les gouvernements israéliens ont mené une politique claire de promotion des relations économiques avec la Chine dans les domaines de l’innovation, de l’investissement, des projets et du commerce. Netanyahu, l’architecte de ces relations, a identifié l’économie croissante de la Chine comme une opportunité importante pour Israël, définissant l’innovation de la start-up comme une excellente adéquation avec les besoins technologiques, les capitaux et les marchés de la Chine comme un mariage paradisiaque .

Dans son livre sur ses mémoires, Bibi Netanyahu décrit sa politique à l’gard de la Chine. Il déclare que, comme la plupart des dirigeants occidentaux, « j’ai marché sur une corde raide dans les relations d’Israël avec la Chine. D’une part, l’objectif était d’ouvrir le vaste marché chinois aux investisseurs israéliens et en même temps, d’établir des investissements chinois en Israël, notamment dans les infrastructures publiques.

D’un autre côté, j’ ai été franc avec les Chinois au sujet des restrictions sur les technologies militaires et de renseignement qu’Israël ne pouvait pas partager avec les entreprises chinoises ».

LE PLUS. Jack Ma, né le à Hangzhou, est un homme d’affaires chinois. Principalement connu pour avoir été le premier marchand en ligne au monde, il a créé le site internet de commerce électronique Alibaba.com et a été jusqu’en 2019 le président d’Alibaba Group, qui possède aliexpress.com (全球速卖通).

En 2004, il est présenté à la Télévision centrale de Chine comme l’un des « dix meilleurs hommes d’affaires de l’année » puis, en 2005, il est nommé par le Forum économique mondial « jeune dirigeant global ».

Après son départ d’Alibaba Group, il se montre critique du pouvoir politique et son influence se réduit. Certains médias ont vu l’intervention du pouvoir dans sa disparition pendant trois mois, d’octobre 2020 à janvier 2021, à la suite d’un discours critiquant la politique chinoise.

En , il quitte la direction du groupe Alibaba ; Daniel Zhang lui succède.

À la suite d’un discours tenu le à Shanghai, critiquant le pouvoir politique chinois, Jack Ma n’est pas revu et plusieurs médias s’inquiètent de sa disparition, y voyant potentiellement la main autoritaire du pouvoir chinois.

Le 20 janvier 2021, il réapparaît pour la première fois depuis trois mois dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

En mai 2021, il quitte la présidence de son école de commerce, Hupan. Et disparaît ainsi, finalement, du paysage des affaires chinoises.

On apprend en novembre 2022 par la voix du Financial Times, que Jack Ma vivrait à Tokyo depuis six mois.

Partager :