Partager :

Ce 1er janvier a marqué en Israël une nouvelle hausse des tarifs dans plusieurs secteurs. Celui de l’électricité tout d’abord, qui avait déjà augmenté de 13% au total en 2022, et qui connaît une nouvelle hausse de 8,2% (soit 33 shekels pour une facture moyenne de 400 shekels par mois) à partir de ce dimanche. À l’origine de cette augmentation, la hausse du prix du charbon et le retard dans la production de gaz naturel, selon la compagnie nationale d’électricité, qui avait même évoqué au départ une hausse des prix de 15% au 1er janvier.

L’autre hausse de ce début d’année concerne le prix de l’eau qui croît de 3,5% (soit cinq shekels de plus pour une facture mensuelle moyenne correspondant à une famille de quatre personnes). Une augmentation qui fait suite à une hausse précédente en juillet, et qui s’explique par l’indexation du prix de l’eau sur les prix de l’électricité et les prix à la consommation. Si cette hausse ne paraît pas dramatique pour ce qui est de la consommation individuelle, il y a un risque pour que les industriels, les agriculteurs ou les hôtels répercutent cette hausse sur les tarifs qu’ils pratiquent.

L’essence n’échappe pas non plus à l’inflation avec une augmentation de neuf centimes du litre de Sans plomb 95, conséquence de la fin d’une remise fiscale accordée par le précédent ministère des Finances ayant permis une légère baisse des prix du carburant par rapport à ceux enregistrés au printemps.

Les ménages devront aussi compter sur une hausse de 1,3% de la taxe foncière (« arnona »). Des augmentations qui s’ajoutent à celles des produits alimentaires dont les prix ont connu une hausse de 3% à 10% en moyenne ces derniers mois.   Pour protéger le pouvoir d’achat, le nouveau ministre des Finances a promis des bons d’achat alimentaires pour les ménages à bas revenus ainsi qu’une augmentation prochaine du salaire minimum. Le gouvernement s’est également engagé à œuvrer pour faire baisser les loyers.

COPYRIGHTS. TIMES OF ISRAEL.

Arnona est un type de taxe foncière que les résidents des autorités locales sont tenus de payer. L’arnona collecté sert à payer les bâtiments de l’autorité locale (ou de la municipalité) et divers autres services publics. Arnona doit être payé, quelle que soit son opinion sur la qualité des services fournis. Arnona est appliqué à tous les bâtiments d’une autorité locale. Ceci s’applique aux propriétés résidentielles, aux propriétés commerciales et plus encore.

Partager :