Partager :

Trislaf opère dans le domaine de la médecine régénérative et de l’ingénierie tissulaire. Elle a été créé en 2019 sur la base d’une technologie développée ces dernières années à l’Université de Tel Aviv, et emploie sept personnes.

L’entreprise développe une plateforme pour la production et l’impression 3D d’implants autologues de tissus et d’organes. Les implants sont constitués d’un échafaudage (matrice) et de cellules provenant du patient lui-même, supprimant ainsi le risque de rejet de l’implant.

Les implants de la société ont montré de bons résultats précliniques dans plusieurs maladies telles que l’infarctus du myocarde, la maladie de Parkinson, etc. La technologie de l’entreprise a été utilisée pour imprimer en 3D le premier cœur humain de l’histoire.

En tant que première indication thérapeutique, la société développe des implants moteurs destinés aux personnes paralysées à la suite de lésions de la moelle épinière, et prévoit un premier essai humain vers la fin de 2023.

Un partenaire clé de Trislaf est le géant pharmaceutique Bayer, qui testera de nouveaux médicaments sur les tissus cardiaques humains qui ont été imprimés sur des imprimantes 3D dans le laboratoire du professeur Tal Dvir. La technologie a été développée dans le laboratoire du professeur Dvir, et sur sa base a été créée la société Matrisalf, qui détient les droits de commercialisation de la technologie.

La société estime que la collaboration entre Bayer et le laboratoire du professeur Dvir, qui sert de scientifique en chef de la société, contribuera à poursuivre le processus de développement d’implants de moelle épinière pour les patients paralysés en raison d’accidents.

Partager :