Partager :

A la suite des récentes frappes de l’armée russe sur l’Ukraine, de nombreux rapports suggèrent que les stocks de missiles à guidage de précision à distance du Kremlin pourraient s’épuiser. Les capacités de production limitées et les sanctions empêchant leur remplacement direct, et Moscou étant déjà un client des drones de Téhéran, il est possible que nous commencions à voir des missiles balistiques de fabrication iranienne employés par la Russie dans sa guerre en Ukraine.

« Nous pensons que la Russie est à court de munitions, a déclaré aujourd’hui à la BBC Jeremy Fleming, chef de l’organisation britannique de renseignement et de sécurité GCHQ. Elle est certainement à court d’amis… Le mot que j’ai utilisé est « désespéré ». Nous pouvons constater ce désespoir à de nombreux niveaux au sein de la société russe et de la machine militaire russe », a-t-il ajouté.

L’Iran pourrait potentiellement aider la Russie sur ces deux points.

Même si les stocks de missiles Kh-22 de l’armée russe datant de l’ère soviétique sont considérables, leur durée de vie de ces armes touche à sa fin. Il est donc moins coûteux de les tirer sur l’Ukraine que de s’en débarrasser – bien que leur précision soit strictement limitée, surtout si on les compare aux missiles de croisière ou balistiques d’attaque terrestre modernes.

Mais si au début de l’invasion russe, le 24 février dernier, il aurait pu sembler farfelu que Moscou demande à Téhéran de lui fournir des armes, en particulier pour des attaques à distance sur des cibles terrestres – exactement le type de mission que la Russie, sur le papier du moins, aurait dû couvrir avec de nombreuses plateformes différentes.

Cependant, le fait que l’Iran fournisse à la Russie des « centaines » de drones, dont les Shahed-136 « drones kamikazes » et les Mohajer-6 plus grands, démontre que Moscou est prête à (ou a été forcée de) se tourner vers des canaux non traditionnels pour mettre rapidement la main sur certaines capacités dont elle a désespérément besoin pour ses opérations chancelantes en Ukraine.

Le développement par Téhéran de missiles balistiques de plus en plus sophistiqués et de plus en plus longs est désormais un facteur familier et important dans les questions géopolitiques plus larges au Moyen-Orient. Avec les missiles de croisière et les drones, les missiles balistiques iraniens sont censés avoir un effet dissuasif, mais aussi, et c’est important pour la Russie, ils ont été utilisés en action par l’Iran et ses mandataires.

Le SRBM Qiam-1, par exemple, aurait une portée de 800 km, ce qui permettrait à la Russie de frapper des cibles sur l’ensemble du territoire ukrainien. Si les mêmes missiles étaient déployés sur le territoire biélorusse, cela deviendrait encore plus facile.

D’autres missiles iraniens, comme le Ghadr, qui est dérivé du MRBM Shahab-3, auraient une portée encore plus grande – jusqu’à 1 200 miles, selon certaines sources. Cela donnerait à la Russie l’avantage de pouvoir baser de telles armes beaucoup plus loin des frontières de l’Ukraine. D’autre part, la mobilité inhérente aux différents types de missiles balistiques iraniens mobiles sur route en ferait une cible très difficile pour l’Ukraine, dont les capacités d’armement à distance sont de toute façon très limitées.

Pour l’Iran, qui se trouve depuis longtemps dans le désert international et qui est soumis à d’immenses sanctions, principalement en raison de son programme nucléaire et de ses activités malveillantes, notamment la fourniture d’armes et d’autres formes de soutien aux forces militantes mandataires, une injection de liquidités de la part de Moscou serait également la bienvenue. Une vente de missiles à longue portée s’inscrirait dans le prolongement du précédent transfert de drones et ajouterait un client très lucratif au portefeuille limité d’exportations d’armes de Téhéran. L’acheminement des armes vers la Russie ne serait pas un grand défi, avec la possibilité de les transporter par bateau sur la mer Caspienne. À plus long terme, la production locale en Russie pourrait également être une option, comme cela a été suggéré pour le drone Shahed-136. Cela pourrait également impliquer que l’Iran envoie les composants en Russie pour un assemblage local.

La durée de ce type de campagne dépendra non seulement de ses stocks de missiles d’attaque terrestre (et de la possibilité de les reconstituer), mais aussi du développement continu des défenses aériennes de l’Ukraine.

Jusqu’à présent, la fourniture à l’Ukraine de systèmes de défense aérienne terrestres occidentaux haut de gamme n’a progressé que très lentement, tandis que la livraison fréquemment demandée d’avions de combat occidentaux haut de gamme ne s’est pas matérialisée.

Avec les stocks russes en baisse, on espère que des attaques comme celles de cette semaine sur les centres de population en Ukraine seront de plus en plus difficiles à réaliser pour Moscou, mais si l’Iran finit par conclure un accord avec ses homologues russes, cela pourrait compliquer la situation de façon spectaculaire et tout mettre en péril, des villes ukrainiennes aux bunkers militaires.

Source : The Drive & Israël Valley

 

Partager :