Partager :

Israël salue la détermination d’Unilever et accuse Ben & Jerry’s de céder aux pressions du BDS

La société Ben & Jerry’s a échoué dans sa tentative judiciaire d’empêcher Unilever d’aller de l’avant avec un accord permettant à ses crèmes glacées de continuer à être vendues en Cisjordanie.

La société n’a « pas réussi à démontrer » que la transaction lui causerait « un préjudice irréparable », selon la décision d’un juge new-yorkais consultée par l’AFP.

Alors que le fabricant américain de crèmes glacées affirmait que la vente de ses produits en Cisjordanie était contraire aux valeurs de l’entreprise, il avait intenté une action en justice peu courante en juin pour contrer les initiatives de sa maison-mère, désireuse quant à elle de trouver un compromis afin de poursuivre la vente des glaces dans les implantations juives.

Pour cela, Unilever a annoncé fin juin avoir cédé ses « intérêts commerciaux en Israël » à Avi Zinger, détenteur de la marque en Israël, ouvrant ainsi la voie à la reprise officielle des ventes de la marque dans ces zones.

Ben & Jerry’s a rapidement réagi, arguant qu’une telle opération menaçait « l’intégrité de la marque » et son « intégrité sociale ». La société avait ainsi demandé le 5 juillet à ce que tout accord permettant la distribution ou la vente de ses produits en Cisjordanie soit dissout, et que toute transaction allant dans ce sens soit soumise à l’avenir au feu vert de son conseil d’administration.

Suite à l’action en justice déclenchée par Ben & Jerry’s, la société et sa maison-mère ont tenté de trouver un accord à l’amiable, mais sans succès.

Israël a salué ces derniers mois la détermination d’Unilever, et accusé Ben & Jerry’s de céder aux pressions du mouvement BDS, qui promeut le boycott de l’Etat hébreu.

SOURCE I24NEWS. COPYRIGHTS.
Partager :