Partager :

A DECOUVRIR A TEL-AVIV. IsraelValley est sérieux, et a tendance à tout vérifier! A la suite de l’article de Caroline Haïat d’i24News nous avons décidé de faire une ballade spéciale, Plage Gordon, afin de découvrir la « boule colorée ». 

Incroyable mais vrai! Très peu d’israéliens s’intéressent à cet objet énorme posé avec maladresse sur la plage. Ne parlons pas des français en vacances à Tel-Aviv qui pensent que cette boule n’est pas une pièce artistique mais un tas d’ordures qui sera ramassé bien vite par la ville de Tel-Aviv…

Le Maire de Tel-Aviv, Ron Huldaï, a récemment déclaré « être fier de suivre les conseils de Anne Hidalgo » sur les initiatives de la Ville Lumière. Espérons que Paris ne copie pas l’initiative de Tel-Aviv avec cette boule! (à l’intérieur de la bulle j’ai cru voir une de mes casquettes que j’ai perdu un jour après un coup de vent violent). DR.

SELON I24NEWS :

« La question du climat doit être une priorité pour nous tous, pas demain mais dès maintenant! » Si vous vous promenez sur la plage Gordon à Tel-Aviv ces jours-ci, vous remarquerez sûrement une énorme boule colorée faite d’objets en plastique. Cette sculpture, créée par l’artiste Tal Tenne Czaczkes, a pour objectif de sensibiliser la population à la protection de l’environnement.

« Ma force en tant qu’artiste est d’utiliser les objets existants, de les relier entre eux et de délivrer ensuite un message. Au cours d’une décennie, j’ai ainsi collecté des centaines de milliers de jouets en plastique qui avaient été jetés et je les ai ré-utilisés à des fins artistiques. La rencontre avec ces jouets m’a permis de créer une perspective enfantine et de découvrir que les jouets sont devenus mon outil et mon langage pour exprimer des idées », raconte Tal, artiste, entrepreneur et militante écologique.

Les objets en plastique ont été ramassés sur les plages, dans les allées et les parkings adjacents à la promenade du bord de mer.

La municipalité de Tel-Aviv a contacté Tal pour lui soumettre une proposition de sculpture qui donne à réfléchir sur la réduction du plastique et des déchets sur les plages.

« Pour moi, il était tout à fait naturel de choisir la forme d’une boule, car cela rappelle à chacun de nous, le célèbre ballon gonflable en couleurs de notre enfance. Il m’a ensuite fallu environ 7 semaines de collecte et une dizaine de jours de travail pour accrocher les objets sur un filet qui entoure la boule », révèle Tal, ajoutant que sa fabrication a été rendue possible grâce à la coopération avec des bénévoles et l’association Ecotion.

Eric Sultan
Eric SultanL’artiste Tal Tenne Czaczkes et son oeuvre Boule de mer à Tel-Aviv

Installée le 29 juillet dernier, l’œuvre de Tal a déjà suscité de nombreuses réactions, preuve qu’une partie de l’objectif a largement été atteint: attirer l’attention du public israélien sur la préservation de l’environnement et en particulier des plages.

« La plupart des personnes qui sont passées devant la boule disent avoir reçu comme ‘un coup de poing à l’estomac’. Elles estiment que ‘c’est terrible que ce soit la situation des plages aujourd’hui’, et que cette boule ‘leur a fait réaliser qu’elles achètent beaucoup plus de choses que ce dont elles ont réellement besoin », a affirmé Tal.

Selon l’artiste, de plus en plus de gens, d’autorités et d’organisations prennent leurs responsabilités et comprennent qu’ils doivent réagir, mais malheureusement, cela reste trop souvent un vœu pieu. « Nous voyons ce qu’il se passe en Europe et cela fait peur! La question du climat doit être une priorité pour nous tous, pas demain mais dès maintenant! » avertit-elle.

La sculpture sera déplacée à la mi-septembre pour être exposée à la conférence technologique israélo-mondiale Planetech, d’où partira la délégation israélienne à la conférence internationale sur le climat Cop27 à Charm el‑Cheikh en novembre. Elle sera ensuite exposée pour quelques semaines sur la plage de Jaffa près du Centre Peres pour la paix et l’innovation.

Ces dernières années, Tal a créé et dirigé de nombreux projets environnementaux, dont « Popeyit », une série de peintures qui lui permet de partager son histoire personnelle et de transmettre un message sur l’autonomisation des femmes, l’entreprenariat et le leadership. « Grâce à ce projet, j’ai découvert mes forces et aujourd’hui, je choisis d’être un modèle pour les femmes qui prennent conscience de leur potentiel et acquièrent une confiance en elles », a déclaré Tal à i24NEWS.

Ses œuvres ont été exposées au musée de Tel-Aviv, au musée d’Israël, sur la place Rabin à Tel-Aviv, à la plage Gordon et dans diverses galeries en Israël.

« J’utilise l’art et mon talent au service de la responsabilité environnementale. Le changement est d’abord en nous ! Achetez moins, jetez moins et utilisez ce qui est déjà disponible. Une seule action effectuée de manière cohérente au fil du temps produit un résultat énorme! », assure-t-elle.

La boule de mer, inscrite dans un projet plus large appelé BigBall, n’est pour Tal qu’un début! Elle compte créer d’autres sculptures du même style, en forme arrondie qu’elle aimerait exposer à New-York à la fin d’année mais aussi à Rio et en France, dans le but de rallier les populations à la cause environnementale à travers l’art.

Caroline Haïat est journaliste pour le site français d’i24NEWS

Partager :