Partager :

Grégoire Akcelrod est l’auteur de L’amour ou la mort (l’Archipel). Ce livre capte le lecteur car, au travers du portrait de sa fiancée oubliée, l’artiste Nita Raya, il réhabilite la vedette du music-hall Maurice Chevalier (1988-1972). Une carrière exemplaire, exportant son charme de grand séducteur à l’international, pourtant entachée par des accusations de collaboration avec l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, la vérité est dite.

Le roman de Grégoire Akcelrod met un point final aux rumeurs de collaboration en dévoilant la folle histoire d’amour entre Maurice Chevalier et Nita Raya, grand-mère de l’auteur. En effet, sous le nom de scène de Nita Raya, cette jeune comédienne juive originaire de Moldavie fut sauvée avec ses parents de la Shoah par son compagnon de l’époque, Maurice Chevalier. Une histoire oubliée ou peut-être méconnue.

Lorsqu’ils se rencontrent en 1936, Maurice Chevalier est à 47 ans une immense vedette aussi bien en France que de l’autre côté de l’Atlantique. Nita Raya n’a que 19 ans. La jeune danseuse éblouit chaque soir le public par sa beauté et son énergie. Maurice Chevalier qui la voit sur scène a un coup de foudre, lequel sera réciproque. Dans la France d’avant-guerre, les deux artistes mènent une existence folle, côtoyant les célébrités de l’époque (Édith Piaf, Tino Rossi, le jeune Yves Montand, mais aussi Joséphine Baker, Colette, le Duc et la Duchesse de Windsor, etc.).

La déclaration de guerre de mai 1939 rebat les cartes. Avec Nita, Maurice Chevalier file se réfugier dans sa villa de Cannes car sa compagne est juive. Maurice la rassure, il fera tout pour la protéger, elle et ses parents, mais l’étau se resserre avec l’annexion de la zone libre.

TIMES OF ISRAEL.

Nita Raya et Maurice Chevalier à un défilé de mode (Crédit : Collection personnelle de Grégoire Akcelrod)

Maurice et Nita se réfugient dès lors en Dordogne avec des amis. Maurice vit dans la terreur qu’elle soit dénoncée et grâce à ses relations, il lui procure des faux-papiers attestant qu’elle est de religion orthodoxe. Pourtant, à la libération, Maurice Chevalier accusé de collaboration, est menacé d’exécution sommaire, Nita volera à son secours. C’est elle qui le sauvera à son tour. Dans ce roman historique, le vrai visage de Maurice Chevalier nous est dévoilé ainsi que la destinée romanesque de sa compagne, aujourd’hui oubliée.

Après la guerre, Nita Raya se sépare de Maurice Chevalier pour qui elle gardera une admiration sans bornes. Elle épouse alors à 34 ans en 1949, Joseph Akcelrod, juif de l’Est également, avec qui elle aura son unique enfant. Lequel est le père de Grégoire qui signe aujourd’hui ce roman historique sept après sa disparition.

« Quand mon père est né, ma grand-mère a continué à chanter, en France et à l’étranger. Quand on a été la compagne de Maurice Chevalier, les rôles au cinéma sont plus faciles, » confie Grégoire Akcelrod pour le Times of Israel.

Partager :