Partager :

Une nouvelle technique israélienne de scanner cérébral pourrait être utilisée pour les dépistages de routine de la maladie de Parkinson dès son apparition.

Le professeur Aviv Mezer a déclaré que son équipe de chercheurs de l’Université hébraïque de Jérusalem a mis au point une méthode facile à exporter, qui évalue les scintigraphies cérébrales en fonction des mesures de la dégradation du cerveau et donne une réponse claire par « oui ou non » concernant la présence de la maladie.

« C’est très positif, car les scientifiques préfèrent des méthodes objectives comme celle-ci à l’examen des symptômes par les médecins, et pourraient permettre d’établir un diagnostic plus rapidement », a déclaré Mezer.

Son équipe a utilisé un type spécial de scanner cérébral appelé IRM quantitative ou qMRI, qui fournit des mesures détaillées, puis ils ont ensuite développé un algorithme pour analyser les mesures.

Les sociétés pharmaceutiques devraient recevoir des approbations dans les années à venir pour des médicaments qui soignent la maladie de Parkinson, mais le défi majeur pour les médecins est de diagnostiquer le plus tôt possible les patients afin de leur prescrire le traitement adapté.

La maladie – qui touche de manière disproportionnée les Juifs ashkénazes – est normalement décelée lors de tests cliniques, au cours desquels les médecins procèdent à une évaluation basée sur les symptômes plutôt que sur l’état du cerveau.

La maladie de Parkinson est une maladie neuro-dégénérative caractérisée par la destruction des neurones à dopamine impliqués dans le contrôle des mouvements.

i24News. COPYRIGHTS.
Partager :