Partager :

Israël était bien représenté à la Conférence des Nations Unies sur les océans qui s’est tenue à Lisbonne du 27 juin au 1er juillet. La directrice de l’unité nationale de protection du milieu marin, Rani Amir, a déclaré à l’assemblée : « Les côtes israéliennes de la Méditerranée et de la mer Rouge font partie des atouts naturels les plus précieux du pays. Près de 70 % de la population, une grande partie de l’activité économique et commerciale du pays et une riche diversité de culture environnementale naturelle sont concentrées le long de ces bandes côtières. »

R. Amir a admis que l’environnement marin d’Israël avait subi une forte pollution au fil des ans. Néanmoins, il a déclaré que depuis le milieu des années 1990, et plus particulièrement sous le gouvernement actuel, les conditions se sont améliorées, notamment en identifiant les zones marines à protéger et en empêchant la surpêche.

Un exemple cité par Amir est la décision prise par la ministre israélienne de la protection de l’environnement, Tamar Zandberg, il y a trois semaines, de déclarer la région maritime de Palmachim, située dans la zone économique exclusive israélienne, comme une zone marine protégée. « Cette zone unique [nouvellement déclarée] de 450 kilomètres carrés va doubler la zone protégée sous juridiction israélienne », a-t-il expliqué. Cette décision a nécessité l’intervention de nombreux acteurs écologistes, dont la Société pour la protection de la nature en Israël.

Un autre représentant israélien important à la conférence de Lisbonne cette semaine est Arik Rosenblum, PDG d’EcoOcean qui a été créé il y a une vingtaine d’années. Soutenue par la famille israélo-suédoise Weil et par un groupe de scientifiques et d’environnementalistes de premier plan, sa mission est de donner aux adultes et aux enfants les moyens de prendre soin de l’environnement marin et côtier de la région israélienne.

Le groupe possède et exploite l’un des principaux navires de recherche d’Israël, baptisé Medex. Le professeur Laura Steindler de la faculté de biologie marine de Haïfa, l’un des chercheurs utilisant le bateau, a déclaré que leurs programmes éducatifs sur le réchauffement climatique et la durabilité marine touchent plus de 25 000 étudiants de tous âges chaque année. « Il y a tout juste une semaine, nous avons diffusé depuis notre navire à 30 classes en temps réel, leur offrant l’opportunité de suivre les chercheurs dans leur travail et de voir les merveilles de la mer à travers l’objectif de notre ROV », une machine sous-marine opérée à distance, a-t-elle précisé. « Nous menons ces activités à la fois en hébreu et en arabe ».

L’une des activités d’EcoOcean dont Rosenblum est le plus fier est le label « Pavillon bleu » pour les plages propres, en coopération avec différentes municipalités. Une autre activité importante est le nettoyage systématique des plages avec des volontaires. Rien qu’au cours des trois derniers mois, a-t-il dit, 16 000 volontaires ont travaillé au nettoyage du littoral.

M. Rosenblum estime que la campagne internationale 30×30 (visant à protéger 30 % des océans de la planète d’ici à 2030) n’avance pas assez vite. La nécessité d’accélérer l’action est l’un des principaux sujets qu’il aborde actuellement à la conférence de Lisbonne.

En attendant, les actions d’EcoOcean semblent faire la différence. Dans un tweet du 23 juin, le ministère de la protection de l’environnement a indiqué que « 80,3 % des plages ouvertes mesurées ont été jugées propres à très propres, ce qui représente une légère amélioration par rapport à l’indice précédent qui était de 78,4 %. »

Toutefois, des mesures supplémentaires sont nécessaires pour garantir des plages et des mers propres et durables, où les écosystèmes marins peuvent s’épanouir. L’ONG Zalul, une autre association environnementale pour la protection des mers, des rivières et des eaux d’Israël, a récemment fait référence à une initiative qu’elle mène depuis deux ans, consistant à prélever des échantillons d’eau pour examiner ce qui coule dans les égouts urbains vers la mer et les cours d’eau. Les résultats, disent-ils, n’étaient définitivement pas encourageants. La pollution « nuit aux nombreux usagers de la mer, baigneurs et surfeurs, ainsi qu’à la nature et aux animaux », a déclaré un représentant de la société Zalul le 14 juin.

Source : Al Monitor & Israël Valley

 

Partager :