Partager :

Israël commencera l’année prochaine à tester un véhicule de combat sans pilote armé d’une tourelle autonome de 30 mm, a annoncé lundi le ministère de la Défense dans un communiqué.

Le dévoilement du véhicule de combat robotique moyen intervient après qu’Israël ait annoncé l’acquisition du véhicule de combat Negeva pour ses forces spéciales auprès d’Israel Aerospace Industries, et alors que le pays prend livraison du premier véhicule blindé de transport de troupes Eitan pour sa brigade Nahal. Ces acquisitions s’inscrivent dans le cadre de l’attention portée par Israël à l’intelligence artificielle et aux autres technologies autonomes.

Le M-RCV, présenté par Elbit Systems au salon de la défense Eurosatory à Paris la semaine dernière, est basé sur le véhicule terrestre sans pilote BLR-2 fabriqué par la société israélienne BL. La tourelle a été développée par la Direction des chars et des véhicules blindés de combat, qui relève de la Direction de la recherche et du développement de la défense du ministère. L’arme est déjà utilisée sur le nouveau véhicule blindé de transport de troupes Eitan.

Le système M-RCV comprend également le système de protection active Iron Fist d’Elbit ainsi qu' »un drone captif pour les missions de reconnaissance avancée et un kit de détection passive développé par Elbit Systems et Foresight », a déclaré le ministère.

Le véhicule robotique intègre également « un certain nombre de technologies de pointe, notamment des capacités de manœuvre avancées, la possibilité de transporter des charges de mission lourdes et variées, ainsi qu’un système intégré de transport et de réception de drones », a ajouté le ministère.

Certaines des caractéristiques technologiques proviennent des deux autres grandes entreprises de défense israéliennes, notamment un lanceur de missiles d’Israel Aerospace Industries et des missiles Spike de Rafael Advanced Defense Systems. Rafael a récemment dévoilé une variante de sixième génération de Spike sans visibilité directe, mais on ignore quel type de Spike armera le M-RCV.

Le nouveau véhicule est censé pouvoir opérer dans le cadre d’opérations de reconnaissance et dans des conditions tout-terrain, lit-on dans le communiqué du ministère, et ce de nuit comme de jour. « Le système a été développé dans le cadre du concept de champ de bataille autonome mené dans le cadre de la DDR&D en collaboration avec la direction des chars et des APC tout en mettant en œuvre une architecture ouverte pour intégrer les capacités futures et en intégrant le robot aux côtés d’autres outils et capacités. »

Elbit, IAI, Rafael et le ministère n’ont pas fourni de détails supplémentaires sur le projet M-RCV au moment de la mise sous presse.

Dans une vidéo du ministère, le nouveau véhicule est décrit comme une plateforme robuste et létale dotée de capacités polyvalentes. La vidéo montre le M-RCV en train de rouler dans des champs et sur des chemins de terre, ainsi que d’utiliser son canon avec reconnaissance automatique des cibles, qui permet de suivre plusieurs cibles et de les classer par ordre de priorité.

La vidéo montre également le système sans pilote en train de lancer un drone à l’aide d’un bras robotisé, et intégrant une conduite autonome avec intelligence artificielle et une technologie de correspondance des scènes pour la planification des itinéraires. Cela permet au véhicule de détecter les obstacles et de prendre des détours, par exemple.

La plateforme BL sur laquelle repose le M-RCV est un système à six roues motrices. L’entreprise indique que le BLR est un « projet de développement en cours, pour un véhicule terrestre sans pilote ». Le BLR offre une mobilité terrestre extrême, couplée à la technologie ‘drive by wire’, donnant au contrôle de mission la possibilité de contrôler le véhicule dans un circuit de contrôle lâche. »

Source : DefenseNews & Israël Valley

 

Partager :