Partager :

SPECIAL ISRAELVALLEY. Des dizaines de milliers de personnes ont assisté ce vendredi à la marche des fiertés. Un important dispositif sécuritaire avait été mis en place. Cette marche a rassemblé de nombreux gays et lesbiennes, mais aussi des familles non homosexuelles venant profiter de la fête.

Contrairement à ce que l’on croit les gays de Tel-Aviv souffrent toujours de ségrégations. Le nombre de lieux exclusivement gays est très faible en Israël. Rien à voir avec Paris qui regorge de saunas (en Israël moins de 5 au total!) et de lieux gays (spectacles, salles, cafés, restaurants…). La majorité des gays israéliens se rassemblent lors de fêtes privées sur les toits de Tel-Aviv et ailleurs.

Selon Radio J : « La ministre de l’Égalité sociale Meirav Cohen (Yesh Atid) avait déclaré avant l’ouverture de la Gay Pride que « personne ne peut avoir peur dans notre pays, nous fournirons toujours une protection aux personnes qui vivent ici dans le pays ». Elle avait ajouté que « nous ne céderons pas aux personnes qui menacent et utilisent la violence et le terrorisme. Nous répondrons à toute chose comme cela avec plus de budgets et d’investissements. Nous travaillons pour que même les personnes qui ne sont pas à Tel-Aviv puissent vivre à leur guise. Nous veillons à ouvrir de fières maisons dans tout le pays ».

Le mois de juin est marqué par un grand nombre d’événements relatifs à la Gay Pride ; en effet, le mois des fiertés est un temps de sensibilisation aux causes des personnes LGBTQ+ et leurs alliés.

Cette symbolique prend sa source dans les années 1970 aux Etats-Unis, à New York : plus précisément au bar de Stonewall. Alors que la société américaine est à l’époque ouvertement homophobe et transphobe, Stonewall accueille ouvertement la population ‘queer’. Lors d’une énième descente de police, le 28 juin 1969, les clients du bar en prennent le contrôle : une démonstration de force, interprétée comme un signe de résistance, qui marque la naissance du mois des fiertés aux Etats-Unis, puis à l’internationale.

De nos jours, durant le mois de juin, on peut assister à des manifestations pacifiques, des conférences et des spectacles affichant fièrement l’identité de l’ensemble de la communauté LGBTQ+.

En Israël, l’homosexualité est dépénalisée depuis 1988, et la première marche officielle de Tel Aviv s’est tenue en 1993. Aujourd’hui, plusieurs autres villes israéliennes l’organisent tous les ans, comme Jérusalem ou Haïfa. Cependant, le mariage pour tous fait encore partie des revendications de la communauté LGBTQ+ d’Israël ».

Radio J.

Partager :