Partager :

Le mois de juin est le mois de sensibilisation au TSPT (trouble de stress post-traumatique), et en Israël, l’édition 2022 verra un meilleur soutien du gouvernement aux personnes souffrant de ce trouble et le développement de méthodes de traitement de pointe qu’ils soient anciens combattants ou civils.

« Dans ce pays, le SSPT est omniprésent, car les civils souffrent de SSPT à la suite d’attaques [terroristes] et d’attentats-suicides à la bombe », a déclaré M. Kleiman. « Les enfants souffrent de SSPT à cause des bombes et des missiles qui atterrissent autour d’eux depuis Gaza ; les parents souffrent de SSPT parce que leur enfant a été blessé. Donc, mettre l’accent uniquement sur le combat est une erreur ».

Le professeur Danny Brom, psychologue clinicien et directeur fondateur de Metiv : The Israel Psychotrauma Center à l’hôpital Herzog de Jérusalem, a renforcé cette conclusion. Son cabinet a mené une étude sur 1 000 soldats israéliens, dont 500 avaient un rôle de combat et 500 autres non, et a constaté que l’exposition à la violence était plus révélatrice d’un diagnostic de TSPT que l’engagement direct au combat.

« Apparemment, un assez grand nombre de personnes qui n’étaient pas dans des rôles de combat ont été exposées à une situation de combat, et c’est l’exposition qui est importante, et non le rôle officiel », a déclaré Brom.

En effet, les chiffres publiés par l’Organisation mondiale de la santé suggèrent que près de 4 % de la population mondiale et 30 % des soldats de combat développent un PTSD.

Au cours des années précédentes, le ministère de la Défense a fixé des paramètres étroits pour l’éligibilité au traitement du SSPT, cela commence à changer, en partie grâce aux protestations et à une plus grande publicité en 2021.

Le Metiv mène depuis 15 ans un programme appelé Peace of Mind, dans lequel des équipes de combat entières sont accueillies et aidées à traiter leurs expériences. Ces mesures peuvent servir à renforcer l’État, les commentateurs affirmant que la résilience d’une société face au terrorisme est directement liée aux réseaux de soutien en place pour les civils et les soldats touchés.

Une plateforme IResilience.org a été conçue pour éduquer le public des forces de l’ordre sur la façon de gérer les attaques terroristes et leurs conséquences. Un élément important réside dans le fait qu’avoir un front intérieur fort est d’une importance capitale pour résister au terrorisme.

« La terreur est dirigée contre les civils, contre votre société, donc si votre société est résiliente, vous pouvez résister et avoir le courage de faire face à des attaques terroristes majeures. Si votre société n’est pas résiliente et n’a pas le sentiment qu’on s’occupe d’elle, elle ne parviendra pas à faire face au terrorisme », a-t-il déclaré.

Sur le front intérieur israélien, les chercheurs continuent d’étudier de nouvelles méthodes de traitement pour soulager les symptômes du SSPT.

Des chercheurs du centre médical Shamir de l’université de Tel Aviv (anciennement centre médical Assaf Harofeh) ont publié en février une étude montrant que les symptômes du SSPT pouvaient être soulagés chez les anciens combattants grâce à l’oxygénothérapie hyperbare (OHB).

La recherche, menée par le professeur Shai Efrati, le Dr Keren Doenyas-Barak et le Dr Amir Hadanny, a soumis les patients à une chambre pressurisée dans laquelle la pression atmosphérique est plus élevée qu’au niveau de la mer et l’air est riche en oxygène.

Doenyas-Barak a parlé avec The Media Line des résultats de l’étude initiale et d’autres essais cliniques, qui révèlent un taux de réussite étonnant pour le traitement.

« Nous disposons de données basées sur la première étude que nous venons de publier, et sur une certaine expérience clinique, selon lesquelles environ 70 % des vétérans traités par oxygénothérapie hyperbare vont mieux, ce qui inclut une réduction des symptômes et, en même temps, une augmentation de l’activité et de la connectivité cérébrales », a-t-elle déclaré.

Selon Mme Doenyas-Barak, les résultats indiquent que l’OHB peut inverser certaines des séquelles négatives, ou effets secondaires, du SSPT, et qu’elle est particulièrement efficace pour ceux qui ne répondent pas aux traitements initiaux.

Étant donné que le traitement nécessite que les patients s’assoient dans le caisson pressurisé pour des séances de 60 jours consécutifs, Doenyas-Barak n’envisage pas l’OHB comme une option de traitement initial, mais plutôt comme une importante solution de secours.

« Je ne pense pas que ce traitement devrait être la première ligne de traitement, mais il devrait être la deuxième ou la troisième ligne pour ceux qui n’ont pas répondu à la psychothérapie, ou pour ceux qui n’ont pas répondu aux différents médicaments prescrits pour le SSPT », a-t-elle expliqué. « Cela ne devrait pas être la première ligne de traitement parce qu’ils doivent venir tous les jours au centre pour 60 séances ».

Source : The MediaLine & Israël Valley

Partager :