Le Pavillon Israël sera la star du salon Eurosatory. Du 13 au 17 juin à Villepinte.

Par |2022-06-08T07:43:45+02:00juin 8th, 2022|Catégories : Non classé|
Partager :

Le salon Eurosatory permettra en juin à tout l’écosystème de la défense (politiques, armées et industriels) de réfléchir à de nouveaux modèles d’armées à la suite de la guerre qui opposent la Russie à l’Ukraine. Les israéliens seront bien là avec plus de 50 firmes et plusieurs centaines de personnes. Le carnet de rendez-vous des israéliens qui seront au Salon est déjà plein. De nombreux pays arabes auront des rendez-vous avec les leaders israéliens.

La Tribune : « Eurosatory revient bien en juin après l’annulation de l’édition 2020 en raison de la Covid-19. Si le salon de la défense indien Defexpo a été, lui, reporté de façon officieuse en raison des pressions des Etats-Unis, qui s’agaçaient de la présence d’exposants et de matériels russes, le salon tricolore confirme sa tenue. Pas question de renoncer à cette édition en raison de la guerre en Ukraine.
Le salon Eurosatory va probablement permettre de tirer un certain nombre de retours d’expérience de ce conflit de haute intensité en Europe au profit des armées occidentales et des industriels de cette filière. Ces derniers vont exposer du 13 au 17 juin à Villepinte près de Paris, l’ensemble du spectre des matériels de défense et de sécurité: des plus hautes technologies aux équipements low-cost.

« La crise ukrainienne, représentative de l’évolution des combats asymétriques vers des conflits interétatiques de haute intensité, amène les États membres de l’Union Européenne à décider d’investir davantage dans leurs capacités de défense et de sécurité. Plusieurs pays ont déjà augmenté considérablement leurs budgets », ont expliqué les organisateurs du salon Eurosatory dans un communiqué.

Dans ce contexte « 227 délégations venues d’une centaine de pays » sont d’ores et déjà attendues pour participer à ce travail de fond, précise à La Tribune le général Charles Beaudouin, le directeur général de COGES Events, qui organise le salon Eurosatory.

Il attend également le commissaire européen Thierry Breton qui défend le projet d’une Europe de la défense. Confrontés à un contexte géopolitique anxiogène, plusieurs pays ont décidé d’augmenter leurs budgets de défense depuis que la guerre a resurgi en Europe. Au-delà, de nombreux pays réfléchissent également à ce changement de paradigme : des guerres asymétriques vers des guerres interétatiques de haute intensité. Cela va nécessiter « une révision des modèles et des capacités de leurs forces armées et de sécurité pour s’adapter aux nouvelles menaces », selon le communiqué du COGES.

Un salon mondial.

Plus de 1.250 exposants venus de 56 pays, dont la Chine, se sont déjà inscrits. Tandis que les quelques exposants russes déjà inscrits ont été logiquement désinscrits, les pays de l’Union européenne (UE) et de l’OTAN débarquent en force (80 % des exposants). Le nombre d’exposants permet au salon tricolore de conserver « le premier rang mondial » des salons spécialisés dans la défense et la sécurité terrestres et aéroterrestres, assure le général Charles Beaudouin. Il estime qu’il existe encore « un potentiel de 350/400 exposants » d’ici à l’ouverture du salon, le 13 juin. Ce qui porterait à 65 au maximum le nombre de pays ayant un exposant à Eurosatory. Mais, le record du nombre d’exposants d’Eurosatory 2018 ne sera pas battu (1.802 exposants de 63 pays) ».



Partager :

Partager cet article, Choisissez votre plateforme !

Aller en haut