Partager :

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, effectuera une visite officielle en Inde la semaine prochaine.

L’occasion pour lui et son homologue indien de signer une déclaration de sécurité spéciale marquant le 30e anniversaire de l’établissement des relations de sécurité entre les deux pays. (Radio J. Gabriel Attal)

Avec plus de 8,3 milliards de dollars (6,7 milliards d’euros) d’exportations militaires, Israël pointe à la huitième place des exportateurs d’armes dans le monde. Parmi les principaux clients d’Israël on retrouve l’Inde.

Israël et l’Inde ont signé une série d’accords bilatéraux portant sur la coopération dans le domaine de la technologie spatiale, de l’eau et de l’agriculture, et fait part de la création d’un fonds d’innovation doté de 40 millions de dollars.

Ces accords s’inscrivent dans le cadre des efforts déployés pour élargir les relations entre les deux pays à des domaines civils, Israël vendant à l’Inde surtout du matériel militaire, évalué à environ un milliard de dollars par an.

L’Inde est engagée dans un programme d’investissements doté de plusieurs milliards de dollars de crédits pour moderniser ses équipements militaires face au Pakistan et à la Chine, ses principaux rivaux régionaux.

Elle est devenue le principal importateur d’armement au monde et Israël est un de ses principaux fournisseurs. Depuis l’arrivé au pouvoir en 2014 du Bharatiya Janata Party (BJP), la formation nationaliste hindoue de M. Modi, plusieurs gros contrats ont été conclus.

Le rapprochement de l’Inde – nation traditionnellement non alignée – avec Israël est notamment lié à la question du conflit sur le Cachemire avec le Pakistan et à la lutte contre le terrorisme.  L’Inde est devenue le premier client d’Israël, son deuxième fournisseur après la Russie.

Partager :