Partager :

Premier missile surface-surface à utiliser le guidage par télévision, le Tamuz (plus connu sous le nom de « Spike ») représente la technologie la plus avancée dans son domaine. De multiples variantes de ce missile spécialisé ont été développées depuis sa conception initiale au début des années 1980 et la famille des missiles Spike est devenue l’une des exportations les plus réussies d’Israël. En tant que tueur de chars par excellence, le missile Spike devrait être craint par toutes les armées.

La conception du missile Spike découle des leçons tirées de la guerre du Kippour de 1973. La brigade Barak de la 7e division blindée était la seule force blindée régulière sur le plateau du Golan dans les années 70. Responsable de la région sud du plateau du Golan, la brigade était dispersée et très isolée le long de la ligne frontalière. Lorsque les forces syriennes ont attaqué la frontière sud pendant la guerre du Kippour, la brigade était gravement dépassée en nombre et mal équipée pour faire face à la puissance de feu ennemie. La mort de 112 soldats israéliens, dont tous les commandants de compagnie de la brigade, a conduit à la création du missile Spike.

C’est alors que les Forces de défense israéliennes (FDI) ont passé un contrat avec le fabricant israélien Rafael Advanced Defense Systems pour convertir trois bataillons de leurs anciens chars M48 afin qu’ils puissent accueillir le missile Spike. Le véhicule Pere « Savage » en est le résultat. Conçu pour prévenir les poussées massives de blindés à distance d’artillerie par des attaques de précision, le missile Spike comporte un petit câble à fibre optique qui relie le missile au système de lancement, ainsi qu’une caméra dans l’arme elle-même. Les véhicules Pere englobant le Spike étaient équipés de canons factices afin de projeter l’apparence d’un char typique. Lorsque les véhicules ennemis ne pouvaient pas détecter le véhicule porteur du Spike et battre en retraite, les FDI étaient en mesure de le bombarder.

Grâce à la vision de l’opérateur du missile après son lancement, chaque missile peut fonctionner comme une reconnaissance. Le lanceur de missiles peut effectuer un bombardement précis tout en restant à une distance d’environ 15 à 30 kilomètres. Le système de téléguidage permet également à l’opérateur de réorienter le missile à mi-vol si nécessaire, puisqu’il peut voir et diriger le missile dans une autre direction.

Le succès du missile Spike dans les combats d’Israël contre les militants palestiniens dans la bande de Gaza et les combattants du Hezbollah soutenus par l’Iran dans le nord au début des années 2000 a amplifié sa popularité dans le monde entier. Le Royaume-Uni, la Corée du Sud, l’Allemagne et l’Inde font partie des armées qui utilisent aujourd’hui le missile Spike. Selon Rafael Advanced Defense Systems, plus de 30 000 missiles Spike ont été vendus et environ 5 000 tirés depuis sa première exportation. L’armée américaine évalue même le missile antichar pour une utilisation sur des véhicules de combat, des hélicoptères et des avions sans pilote. Un contrat entre Lockheed Martin et Rafael Advanced Defense Systems indique que les armes devraient être terminées d’ici janvier 2025.

La famille des missiles Spike est sans doute l’une des armes made in Israël les plus efficaces du pays. La technologie d’avant-garde de chaque variante ultérieure du missile améliore la préparation aux missions de l’armée israélienne. Ce tueur de chars serait un excellent complément à l’arsenal de l’armée américaine.

Source :19fortyfive & Israël Valley

Partager :