Partager :

1,2 million de passagers ont transité par l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv au moins de mars, alors que l’industrie touristique israélienne se remet rapidement de la pandémie de Covid.

Selon les prévisions, 1.5 million de passagers devraient passer par l’aéroport israélien en avril, dont 70.000 à 75.000 par jour pendant les vacances de Pessah.

Mais les longues files d’attente semblent s’allonger de jour en jour. Cela s’explique par plusieurs raisons : le manque de main-d’œuvre, l’explosion de la demande sur une période très courte, la réduction du nombre de guichets pour installer des postes de test PCR, et la faible utilisation des technologies telles que l’enregistrement en ligne.

Le directeur de l’aéroport Ben Gurion, Shmuel Zakai, a affirmé au site Globes que la crise du Covid a conduit à la situation actuelle.

« Les passagers doivent présenter davantage de documents comme l’exige le pays de destination, ce qui allonge les procédures », a-t-il affirmé.

« Le fait que les passagers doivent se rendre aux comptoirs d’enregistrement est un problème que les compagnies aériennes peuvent résoudre ».

Sur les vols Ryanair de cette semaine, 50 % des passagers faisaient la queue au comptoir des bagages à main. Avant Covid, ils n’avaient pas besoin de faire la queue à cet endroit car ils pouvaient s’enregistrer en ligne.

Les compagnies aériennes préfèrent cependant être prudentes car si un passager atterrit dans un pays sans les documents d’entrée requis (le test de dépistage du Covid par exemple), la compagnie aérienne est responsable de son retour au pays.

Selon M. Zakai, « 99 % des passagers vérifient à l’avance les conditions d’entrée dans le pays où ils se rendent et s’ils savent que le pays exige un test antigénique avant le vol, ils sont prêts. L’aéroport dispose d’un comptoir pour les passagers qui voyagent sans bagages. El Al, par exemple, y vérifie les documents requis ».

« Mais il y a des compagnies aériennes qui, pour des raisons de coûts, préfèrent que les passagers viennent à leurs comptoirs. J’ai parlé aux compagnies aériennes cette semaine et je les ai suppliées de gérer le risque et de renouveler l’enregistrement sur Internet. En fin de compte, le nombre de passagers qui ne suivent pas les instructions est minime. Mais pour les repêcher, elles font faire la queue à des dizaines de milliers de personnes. Il y a 6-7 vols par jour vers certaines destinations et ils ne renvoient qu’un seul passager », a-t-il ajouté.

Israël est par ailleurs un des rares pays qui continuent de soumettre toutes les personnes entrant dans le pays à des tests PCR à l’aéroport Ben Gurion.

Ainsi, 45 comptoirs de compagnies aériennes ont été convertis en stations de test PCR. Pour les personnes quittant le pays et devant subir un test PCR, une partie du terminal 1 a été consacrée à cet effet.

i24News.

Partager :