Partager :

Les employés du ministère des Affaires étrangères ont lancé une campagne agressive pour obtenir de meilleures rémunérations et de meilleures primes.

Leur demande principale est la reconfiguration du calendrier actuel de promotion par le ministère des Finances qui permettrait de verser de meilleurs salaires en échange d’un travail qui, selon les membres du corps diplomatique, s’étend régulièrement tard dans la nuit et le week-end.

Ce tableau des promotions est un point de friction majeur. Seuls un ou deux postes sont proposés à chaque fois à des dizaines de candidats aux différents niveaux de la hiérarchie.

« Nous en sommes arrivés à un point où lorsque quelqu’un doit être promu, l’administration répond : ‘Cela nous est tout simplement impossible’.

Cela ne va pas être une histoire d’un mois ou deux, non, c’est une histoire de dix ans, douze ans, ou cela n’arrivera jamais », déclare au Times of Israel Yosi Levi Sfari, à la tête du syndicat des employés du ministère des Affaires étrangères.

L’âge moyen d’une nomination au poste d’ambassadeur est de 63 ans et même à ce haut-rang de la hiérarchie, le salaire de base est d’environ 14 500 shekels par mois.

« On se retrouve à travailler 24 heures sur 24 et sept jours sur sept pour un salaire inapproprié vu l’ampleur de la tâche », déplore-t-il, attribuant principalement la responsabilité de cet état de fait aux responsables du ministère des Finances.

Times of Israel.

Partager :