Partager :
Des chercheurs israéliens ont développé une nouvelle méthode pour récolter le courant électrique directement à partir d’algues, a annoncé le Technion. Des chercheurs du Technion et de l’institut national de recherche « Israel Oceanographic and Limnological Research » (IOLR), tous deux situés dans la ville de Haïfa, ont créé la méthode, qui a été publiée dans la revue internationale Biosensors and Bioelectronics.
Selon Technion, la méthode pourrait générer de l’électricité d’une manière écologique et efficace.
Dans la dernière étude, les chercheurs ont utilisé l’espèce d’algue Ulva, communément appelée laitue de mer, comme nouvelle source photosynthétique pour le courant, produisant des molécules qui transmettent les électrons à une électrode.
Il a produit des courants 1 000 fois supérieurs à ceux produits par les cyanobactéries, qui sont comparables à ceux obtenus par les cellules solaires standard.
Dans l’obscurité, les algues produisaient des courants qui étaient environ la moitié de ceux obtenus à la lumière.
La nouvelle méthode n’utilise aucun produit chimique supplémentaire et est considérée comme « négative en carbone », car l’algue n’émet pas de carbone pendant la journée et absorbe même le carbone de l’atmosphère tout en poussant et en libérant de l’oxygène.
Les chercheurs ont ensuite construit un prototype de dispositif qui collecte directement le courant électrique dans la cuve de croissance Ulva.
Les chercheurs ont déjà développé une technologie pour obtenir du courant électrique et de l’hydrogène à partir de cyanobactéries, également connues sous le nom d’algues bleu-vert.
Cependant, la quantité de courant obtenue par les cyanobactéries, qui est inférieure à celle obtenue à partir des technologies de cellules solaires, est réduite dans l’obscurité en raison de l’absence de photosynthèse.
Source News 24
Partager :