Partager :
Un australien, qui a déménagé en Israël en 2012, s’est vu interdire de quitter le pays pendant près de 8 000 ans en vertu d’une loi sur le divorce.
Un Australien fait l’objet depuis 2013 d’une interdiction de sortie de 8 000 ans et ne sera pas autorisé à quitter Israël avant l’an 9999 en raison d’une pension alimentaire impayée qui s’élève à 3,34 millions de dollars.

M. Huppert, qui travaille comme chimiste analytique pour une entreprise pharmaceutique devait 1 600 $ par mois pour chaque enfant jusqu’à ce qu’ils atteignent 18 ans.
L’Australien a déménagé en Israël en 2012 pour être avec ses enfants, car son ex-femme les avait emmenés dans le pays avec elle. Peu de temps après, l’ex-femme de Huppert a déposé une plainte contre lui, demandant une pension alimentaire pour les enfants.
«Depuis 2013, je suis enfermé en Israël», a déclaré Huppert aux médias australiens.
Il a affirmé que les tribunaux israéliens persécutaient les citoyens australiens simplement parce qu’ils ont épousé des femmes israéliennes.
Les lois concernant les pensions alimentaires pour enfants ne sont pas claires, bien qu’il semble que l’année 9999 ait été fixée parce que c’était la date la plus élevée possible qui rentrait dans le champ, écrit The Jerusalem Post qui a rapporté également l’information.
Marianne Azizi, une journaliste britannique indépendante qui a mené une campagne de sensibilisation à ce problème, a déclaré au site d’information australien News.Com.Au qu’il était «presque impossible de déterminer» le nombre exact d’hommes concernés.
Mais elle a laissé entendre qu’il pourrait y avoir des «centaines» de citoyens australiens dans la même situation.
«Je n’ai pu obtenir de chiffres d’aucune ambassade étrangère», a déclaré Azizi, qui apparaît dans le film documentaire paru en 2019 No Exit Order.
Selon Azizi, le «plus proche» qu’elle a obtenu était une source à l’ambassade britannique avant la pandémie, qui aurait «dit qu’ils recevaient environ 100 demandes de renseignements par mois».
«C’est un secret très bien gardé», dit-elle. «Si d’autres ressortissants étrangers sont dans le même cas, je peux deviner que des centaines (d’Australiens) y sont aussi».
Le département d’État américain, précise la même source, avait alerté ses concitoyens sur les problèmes de pension alimentaire en Israël pour les non-israéliens, indiquant que les tribunaux civils et religieux en Israël «exercent activement leur autorité pour interdire à certaines personnes, y compris les non-résidents, de quitter le pays jusqu’à ce que les dettes ou d’autres réclamations légales à leur encontre soient résolues».
Le ministère des affaires étrangères américain a également averti que l’ambassade des États-Unis «n’est pas en mesure d’annuler la dette d’un citoyen américain ou de garantir son départ d’Israël lorsqu’il fait face à une interdiction de quitter le pays jusqu’à ce que les dettes soient résolues».
koide9enisrael.blogspot.com
Partager :