Partager :

Eretz Nehederet est une émission israélienne satirique diffusée sur la 12ème chaîne. Créé en 2003, Eretz Nehederet, « Un merveilleux pays », est devenu une institution en Israël. Cette émission, considérée comme l’une des plus influente du pays, parodie les hommes politiques israéliens et internationaux. Hier soir l’émission a été reportée. Les attentats ont été trop forts.

LE PLUS. Le casting de cette émission est composé de nombreux comédiens et personnalités connus en Israël tels que Tal Friedman, Eyal Kitzis, Yuval Shemo, Mariano Edelman ou encore Asi Cohen, connu pour son rôle dans Hatoufim. Orchestré par un Kitsis impassible posant des questions d’actualité sur un ton sérieux à des comédiens imitant des personnalités politiques, ce rendez-vous généralement hebdomadaire de la chaîne 12 moissonne toujours une part d’audience de plus de 28 % pour sa 18e saison. Eyal Kitsis a notamment mis en scène une fausse « battle » de hip-hop (compétition entre rappeurs) entre les ténors de la droite.

Au cours d’un rare entretien accordé à la Douzième chaîne, la journaliste Yonit Levy avait demandé au chef de l’État si le gouvernement avait échoué à passer rapidement à l’action pendant la pandémie.

« Ça, j’appelle ça du ‘na na na na na’, soit soyons toujours à l’affût de quelque chose », avait répondu Netanyahu en gesticulant. « L’important, ici, c’est que nous sommes leaders dans le monde en ce qui concerne la vaccination, que nous serons les premiers à sortir de la crise et que je ferai d’Israël le leader dans le monde dans le secteur de l’économie. Mais ‘na na na na na’, dites-vous – cherchons donc autre chose, cherchons donc un autre élément – c’est ça, pour moi, l’image d’ensemble [des médias] ».

Netanyahu a ensuite prédit que cette phrase intègrerait un sketch de l’émission « Eretz Nehederet ». Et en effet, le clip est rapidement devenu viral, avec notamment l’aide… du Premier ministre et de son équipe chargée de certains de ses réseaux sociaux.

Il a aussi été très vite adopté par ses opposants. Son ancien allié et actuel chef du parti Tikva Hadasha a déclaré au micro de la radio militaire que sa réaction illustrait l’idée selon laquelle plus de 5 000 morts n’étaient qu’un « bruit de fond » pour le Premier ministre.

« Quand vous le critiquez, alors sa réponse est ‘na na na’, » a commenté Gideon Saar. « Pour lui, 5 406 morts, c’est ‘na na na.’ Le fait que les étudiants israéliens soient champions du monde en ce qui concerne le fait de ne pas sortir de chez eux, le fait que nous importions les variants du virus à travers les brèches énormes qui persistent à l’aéroport Ben-Gurion, le fait qu’il y ait une incapacité à faire respecter les règles – tout cela n’est qu’un bruit de fond ennuyeux pour lui ».

 

 

 

Partager :