Partager :

Le Bureau central des statistiques a réalisé une étude très approfondie sur seize grandes villes israéliennes pour déterminer quelles sont celles où l’on vit le mieux. Parmi les 52 critères retenus, citons l’espérance de vie, la mortalité infantile, la densité de population, la qualité de l’eau, la satisfaction des résidents concernant leur voisinage, le nombre d’espaces verts et de parcs, le taux de recyclage et d’accès à Internet ainsi que la confiance dans la population en général.

Il ressort de cette étude que la qualité de vie est la meilleure à Kfar Saba qui cumule les bons points et la plus mauvaise à Jérusalem. Même si Tel-Aviv a le taux d’emploi le plus élevé (69,4 pour cent contre 59,1 pour cent de moyenne nationale), le plus fort taux d’accès à Internet et le plus grand nombre d’enfants se qualifiant pour des études supérieures, la ville compte aussi le plus fort taux d’habitants consacrant 30 pour cent ou plus de leurs revenus au paiement de leur loyer. De plus, c’est à Tel-Aviv qu’on recense le plus de personnes insatisfaites de l’équilibre entre leur travail et leur vie.

D’après une étude, la ville israélienne de Kfar Saba est celle dont la qualité de vie est la meilleure du pays (photo: Tomer Hu)

La capitale israélienne est la ville ayant obtenu les plus mauvais résultats concernant la plupart des critères retenus dans l’étude. Non seulement Jérusalem compte le nombre le plus élevé de résidents dépressifs, mais également le plus fort taux de chômage (28,3 pour cent des résidents sont des chômeurs longue durée). A noter toutefois que c’est à Jérusalem que la qualité de l’eau est la meilleure de tout le pays.

Partager :