Partager :

« L’État d’Israël doit protéger sa sécurité alimentaire en renforçant notre agriculture nationale »

Les cargos transportant des céréales et du fourrage seront prioritaires pour le déchargement dans les ports israéliens pour le mois à venir, en raison des craintes de pénurie suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a déclaré jeudi le ministère des Transports.

La ministre des Transports, Merav Michaeli, a demandé à l’autorité maritime et portuaire de donner la priorité au déchargement des navires transportant des céréales et du fourrage destinés aux secteurs agricole et alimentaire israéliens jusqu’au 24 avril.

Dans les principaux ports, les navires transportant du bétail seront déchargés en premier, puis ceux transportant des céréales ou du fourrage, avant que les quais n’accueillent les marchandises générales.

« Nous sommes confrontés à des défis pour notre sécurité alimentaire en ce moment en raison de l’évolution inquiétante de la situation en Ukraine », a déclaré M. Michaeli.

« L’État d’Israël doit protéger sa sécurité alimentaire en renforçant notre agriculture nationale », a-t-elle souligné.

« Prendre des mesures pour faire entrer rapidement dans le pays les céréales et le fourrage dont dépend l’agriculture israélienne nous permettra de maintenir la sécurité alimentaire israélienne malgré les changements dans le monde », a-t-elle ajouté dans le communiqué.

L’Ukraine est un exportateur clé de blé vers Israël. Les céréales proviennent également, dans une moindre mesure, de Russie.

Human Rights Watch a averti en début de semaine que la guerre en Ukraine « risque d’aggraver la crise alimentaire mondiale, en particulier au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ».

L’invasion a entraîné une hausse des prix des denrées alimentaires dans le monde et une augmentation des coûts de production. Les prix des céréales et des huiles de cuisson ont augmenté dans de nombreux pays.

Les États-Unis, l’Inde et l’Europe pourraient couvrir les pénuries de blé. Mais il pourrait être plus compliqué de remplacer l’huile de tournesol et le maïs, dont l’Ukraine est respectivement le premier et le quatrième exportateur mondial.

Le chef des Nations unies, Antonio Guterres, a prévenu que le conflit pourrait se répercuter bien au-delà de l’Ukraine, provoquant un « ouragan de la faim et un effondrement du système alimentaire mondial ».

i24News.
Partager :