Partager :

La vague de froid qui traverse Israël depuis plusieurs semaines devrait se terminer en début de semaine prochaine.

Comme on peut s’en douter, ces intempéries ont des conséquences directes sur l’agriculture locale. Un produit est particulièrement observé ces derniers jours: le concombre.

Hazi Daniel, un agriculteur du mochav A’hitouv, où poussent près de 60% des concombres israéliens, explique :  »Le froid empêche la plante de se développer et ralentit la germination du légume. Le résultat est que nous récoltons le quart de ce que nous avons l’habitude d’avoir à cette période de l’année. Les plantations qui ont été faites il y a un mois et demi et qui devraient donner lieu à des récoltes pour Pessah ont été considérablement ralenties dans leur croissance. C’est pourquoi, je pense que nous allons vers une pénurie de concombres pour Pessah ».
Les primeurs font état d’une livraison de moins en moins importante de concombres. Pour le moment, aucune augmentation de prix est envisagée, car les revendeurs sont prêts à perdre de l’argent sur un tel produit.
Pour pallier le manque prévisible de cet aliment très consommé, l’importation n’apparait pas comme la solution idéale. En effet, les marchés à proximité, comme celui de la Jordanie, sont touchés par les mêmes problématiques et importer de Turquie est onéreux en raison des frais d’acheminement. Par ailleurs, les professionnels craignent que les temps d’attente au port, ne nuisent à la qualité du produit.
Pour le moment donc, les autorités sont à la recherche d’une solution qui permettra aux consommateurs de trouver du concombre dans leur assiette pendant les fêtes de Pessah.
/lphinfo.com
Partager :