Partager :

High-tech: en pleine tourmente boursière, les firmes israéliennes seraient prisées.

La crainte de taux d’intérêt élevés incite les investisseurs à délaisser les actifs technologiques, plus risqués, et les marchés boursiers mondiaux pâtissent du conflit ukrainien

Les actions des entreprises israéliennes de la Tech cotées à Wall Street ont souffert ces derniers mois, comme leurs semblables à travers le monde. La perspective de taux d’intérêt élevés a en effet incité les investisseurs à privilégier des actifs moins risqués et plus traditionnels, précipitant l’effondrement de la valorisation du secteur des hautes technologiques.

Aux problèmes d’inflation s’est ajouté jeudi une liquidation massive affectant les marchés boursiers mondiaux. Du fait de l’invasion russe de l’Ukraine, les investisseurs privilégient désormais des actifs plus sûrs, tels que l’or et les obligations d’État européennes ou américaines.

Les indices boursiers britannique et européen ont chuté, et le prix du Brent, la référence mondiale sur le marché du pétrole, a lui franchi la barre des 5 dollars le baril pour la première fois depuis août 2014.

La baisse des valorisations rendra les entreprises technologiques israéliennes, tant sur les marchés publics que privés, plus vulnérables aux prises de contrôle et provoquera une augmentation des fusions et acquisitions, a déclaré Sergey Vastchenok, analyste principal chez Oppenheimer.

« De plus en plus de multinationales vont chercher à acquérir des entreprises israéliennes à des valorisations très attrayantes », a-t-il déclaré. « L’acquisition de Tower Semiconductors par Intel pourrait constituer la première d’une série de transactions semblables cette année. Les opérations de fusions et acquisitions sont susceptibles de se développer. »

Les taux de croissance de Meta, anciennement Facebook, ou Netflix sont affectés par le triple risque d’une inflation élevée, de taux d’intérêt en hausse et de taux de croissance décevants.

« Tout est une question de répartition des actifs », a déclaré Vastchenok lors d’un entretien téléphonique. « Lorsque le capital est bon marché, les investisseurs sont heureux d’investir dans des sociétés en croissance », perçues comme des entreprises plus risquées. « Mais lorsque les taux augmentent, les investisseurs préfèrent des entreprises plus solides, de l’économie traditionnelle et démontrent une moindre appétence pour le risque. »

Les banques centrales du monde entier réfléchissent à des mesures politiques et laissent deviner de fortes présomptions de hausse des taux d’intérêt à mesure que les niveaux d’inflation augmentent, dans un contexte de pénurie mondiale engendrée par la pandémie.

La gouverneure de la Réserve fédérale américaine, Michelle Bowman, a déclaré lundi dernier qu’elle était prête à relever les taux d’intérêt au-delà du quart de point traditionnel lors de la prochaine réunion de la banque centrale en mars. Et la Banque d’Israël a signalé lundi une future hausse des taux d’intérêt, évoquant la vigueur économique du pays.

Times of Israel (Copyrights).
Partager :