Partager :

L’association écologiste américaine Sierra Club a déclaré qu’elle allait rétablir les voyages en Israël, faisant ainsi marche arrière après avoir annulé les visites prévues en réponse à la pression exercée par des groupes antisionistes et progressistes, y compris des militants juifs d’extrême gauche.

Cette volte-face fait suite à une campagne menée par des groupes juifs et intervient alors que l’association californienne cherche à concilier le mouvement Woke de « justice raciale » avec sa mission environnementale vieille de 130 ans.

« Récemment, le Sierra Club a pris la décision hâtive, sans consulter l’ensemble des parties prenantes, de reporter deux sorties prévues en Israël », a déclaré le directeur exécutif par intérim Dan Chu. « Le processus qui a conduit à cette décision a été mené de manière à créer de la confusion, de la colère et de la frustration. Nous ne prenons pas position sur les questions de politique étrangère qui dépassent ce cadre. Nous n’avons pas la compréhension profonde ou les connaissances nécessaires pour le faire, et ce n’est pas notre rôle de le faire », indique la déclaration.

La déclaration indique que le Sierra Club propose des voyages en Israël depuis près de dix ans, et « nous avons l’intention de mettre à jour notre programme prochainement pour proposer de nouvelles sorties en Israël plus tard cette année ».

Pour les futurs voyages en Israël, le Sierra Club s’est engagé à obtenir « la contribution d’un large éventail de partenaires » afin d’approfondir la compréhension de la région par les participants.

« En n’engageant pas toutes les parties prenantes, de nos membres et sympathisants à un large éventail d’alliés, traditionnels et autres, nous avons causé une profonde douleur à un niveau personnel et spirituel », indique la déclaration.

Des groupes juifs américains ont mal réagi après que le Sierra Club a annoncé les annulations la semaine dernière, ce dernier, qui aurait pu apprendre de la catastrophique mésaventure de Ben & Jerry’s, ne s’y attendait pas. Il pensait que les juifs étaient toujours comme pendant la guerre : à courber la tête et raser les murs. Ils ne sont pas les seules, et ceux qui l’ont compris détestent la force d’Israël.

Les Conseils des relations communautaires juives de San Francisco et de Silicon Valley, les Fédérations juives d’Amérique du Nord, le Centre Simon Wiesenthal, le groupe environnemental Hazon et le Caucus juif législatif de Californie ont tous appelé le Sierra Club à revenir sur sa décision.

Les groupes juifs ont applaudi l’annonce de mardi qui fait marche arrière.

Le Jewish Community Relations Council of San Francisco a déclaré :

« Nous sommes heureux que le Sierra Club ait répondu aux préoccupations de la communauté juive concernant le report des sorties en Israël, et que ses dirigeants travaillent avec les organisations juives sur l’éducation et la croissance ».

Le directeur du groupe, Tyler Gregory, a déclaré :

« Il est essentiel que nous ne permettions pas aux tentatives cyniques de délégitimation d’Israël de repousser les Juifs et d’autres personnes ayant des liens personnels avec Israël hors des espaces de justice sociale. Tout aussi important, nous ne pouvons pas permettre qu’une question existentielle aussi cruciale que la lutte contre le changement climatique soit déraillée par des querelles politiques toxiques », a déclaré Gregory.

Ross Macfarlane, le vice-président du Sierra Club, a téléphoné au rabbin Abraham Cooper du Centre Simon Wiesenthal pour l’informer de la décision, a déclaré le centre mardi.

Macfarlane s’est excusé pour les annulations soudaines des voyages en Israël, a déclaré que les visites se poursuivraient à l’avenir et a dénoncé le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël, a déclaré le Centre Weisenthal.

« Nous apprécions que le Sierra Club ait agi rapidement pour revenir sur les annulations annoncées de voyages en Israël qui ont placé la célèbre organisation américaine de protection de l’environnement directement dans la ligne de mire des fanatiques du BDS, de l’anti-Israël et de l’anti-paix », a déclaré Cooper.

Le Sierra Club est une organisation nationale américaine basée en Californie. Elle a déclaré qu’elle annulait ses voyages en Israël après que des militants de gauche et antisionistes, dont des juifs d’extrême gauche, l’ont accusée de faire du « greenwashing » sur le conflit israélo-palestinien. « Greenwashing » est un terme utilisé par les militants anti-israéliens qui accusent l’État juif d’utiliser des causes environnementales pour masquer de prétendues violations des droits de l’homme. Le « pinkwashing » est une accusation courante contre Israël concernant les droits LGBTQ.

© Equipe de rédaction Israël 24/7

Source : ToI

Partager :