Partager :

A 14 km de la frontière avec la Pologne, une équipe du Sheba Medical Center s’est constituée pour implanter un hôpital de campagne israélien.

Muni d’un carnet et d’un crayon, le professeur Elhanan Bar-On, directeur du Centre de médecine de catastrophe et d’aide humanitaire de l‘hôpital Sheba de Tel Hashomer examine la zone et annonce :

« La sortie des patients se fera d’ici, et les ambulances entreront d’ici », explique-t-il et précise. « Si nous en avons besoin, nous pouvons utiliser les salles d’une école voisine. »

Le professeur Bar-On, qui est arrivé dans la ville ukrainienne de Mostiska, à 14 km de la frontière avec la Pologne, fait partie d’une force pionnière israélienne qui comprend des médecins, des diplomates et du personnel médical d’Israël, venus ici pour planifier la construction d’un hôpital de campagne israélien, prévu à partir de dimanche prochain, pour aider les milliers de réfugiés fuyant les combats.

Déjà sur le chemin, vous voyez les vagues de réfugiés : des convois de véhicules attendent et attendent dans le froid  pendant de longues heures pour s’échapper de l’Ukraine – et entrer en Pologne. Ce sont exactement les personnes dont l’équipe israélienne est venue s’occuper.

L’initiative née d’une collaboration entre le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Santé et le centre médical de Sheba, vise à fournir aux habitants de la région, et en particulier aux réfugiés, des soins médicaux dans un certain nombre de domaines.

Avec l’aide de 80 médecins, infirmières et personnel médical qui viendront d’Israël, l’hôpital devrait fonctionner, dans une phase initiale, pendant environ un mois.

Ce jeudi, demain des cargaisons de matériel devraient arriver d’Israël – les tentes, le matériel médical, l’instruments et les médicaments – et la main-d’œuvre pour prendre en charge les réfugiés arrivera ce week-end.

La plupart des soins seront dispensés dans des tentes spéciales qui seront installées sur le parking d’un grand établissement d’enseignement de la ville, entre un centre médical pour enfants et un hôpital local.

Entre autres, l’équipe israélienne s’occupera des enfants, des femmes, des mères, et il y aura aussi un complexe pour la médecine interne. « L’objectif est avant tout de répondre aux besoins médicaux des réfugiés qui transitent par ici sur le chemin de la Pologne« , a déclaré Simona Halperin, chef de la division Europe-Asie au ministère des Affaires étrangères et ambassadrice d’Israël par intérim en Ukraine.

Selon le plan, le complexe sera divisé en trois parties : une zone médicale, une résidence des travailleurs et une zone logistique. « Les enfants sont devenus déshydratés parce qu’ils font la queue pendant des heures et des heures sur le chemin de la frontière et nous espérons qu’il n’y aura pas de maladies infectieuses qui se propageront« , a expliqué le professeur Bar-On. Selon lui, il était inutile d’installer l’hôpital du côté polonais de la frontière, car les services médicaux en Pologne sont bien meilleurs qu’en Ukraine.

La principale préoccupation de la délégation israélienne est que la crise des réfugiés ne se transforme bientôt en une crise sanitaire.

« Les familles qui arrivent à la frontière sont toujours dans un état raisonnable, mais à mesure que le mouvement de réfugiés augmente, nous estimons qu’il va s’aggraver et nécessiter de plus en plus de soins médicaux », prévient le Dr Itai Pesach, directeur de l’hôpital pour enfants Safra à Sheba, qui a rejoint la tournée préparatoire Humanitaire : « Ce n’est pas une région qui est préparée à accueillir un si grand nombre de personnes, certainement pas celles qui ont été arrachées à leurs foyers. »

Malgré le risque que la zone hospitalière devienne aussi une zone de combat, les membres de l’équipe israélienne sont fiers de leur mission. « Le fait que l’État d’Israël, en tant qu’État, soit venu en aide à l’Ukraine, revêt une importance sérieuse et considérable », ont-ils déclaré. « Et nous sommes les seuls à l’avoir fait. »

 

Source : Alliancefr.com,

Partager :