Partager :

Les chercheurs du Centre national Azrieli de recherche sur l’autisme et le neurodéveloppement ont publié leurs conclusions le mois dernier dans la prestigieuse revue à comité de lecture Brain.

Ils ont examiné les données de centaines d’échographies prénatales de l’enquête sur l’anatomie du fœtus réalisée à la mi-gestation. Ils ont trouvé des anomalies au niveau du cœur, des reins et de la tête chez 30 % des fœtus qui ont développé ultérieurement un TSA, soit un taux trois fois plus élevé que celui observé chez les fœtus de la population générale se développant normalement et deux fois plus élevé que chez leurs frères et sœurs se développant normalement.

Les anomalies étaient plus souvent détectées chez les filles que chez les garçons et la gravité des anomalies était également liée à la gravité ultérieure des TSA.

Le professeur Idan Menashe, membre du Centre et du Département de santé publique de la Faculté des sciences de la santé, a dirigé la recherche avec son étudiant en médecine et en doctorat, Ohad Regev.

« Les médecins peuvent utiliser ces signes, discernables lors d’une échographie de routine, pour évaluer la probabilité que l’enfant naisse avec un TSA », explique le professeur Menashe. « Des études antérieures ont montré que les enfants nés avec des maladies congénitales, principalement celles qui touchent le cœur et les reins, avaient plus de chances de développer un TSA. Nos résultats suggèrent que certains types de TSA, qui impliquent d’autres anomalies organiques, commencent et peuvent être détectés in utero. »

Une étude précédente du Centre a révélé qu’un diagnostic et un traitement précoces augmentaient trois fois plus les capacités sociales. Le diagnostic prénatal pourrait signifier un traitement dès la naissance au lieu d’attendre l’âge de 2 ou 3 ans, voire plus tard.

L’étude a été menée dans le cadre de la thèse de doctorat de Ohad Regev, conseillé par les professeurs Idan Menashe et Reli Hershkovitz. Parmi les autres chercheurs de l’Université Ben-Gourion et du centre médical Soroka figuraient : Dr Amnon Hadar, Dr Gal Meiri, Dr Hagit Flusser, Dr Analya Michaelovski et Prof. Ilan Dinstein.

Cette étude a bénéficié d’une subvention de la Fondation scientifique israélienne (n° 1092/21) et a utilisé la base de données nationale sur l’autisme soutenue par le ministère de l’Innovation, des Sciences et de la Technologie, et la Fondation Azrieli.

Source : Apekshansandesh & Israël Valley

Partager :