Partager :

Sur fonds d’enquêtes pour abus de position dominante et pratiques anticoncurrentielles dans la publicité en ligne, Google a présenté des résultats annuels insolents. La firme américaine a publié un chiffre d’affaires en croissance de 41% à 257,6 milliards de dollars sur son exercice 2021. Sur le dernier trimestre, la publicité, dont 70% provient de son moteur de recherche, représente 81% de ses revenus, une part stable dans le temps.

La publicité ultra dominante, à tous points de vue.
Google continue de traire sa vache à lait, qui produit toujours plus, pendant que les autorités du monde entier se penchent sur ses pratiques. De l’entente avec Meta en 2018 pour contrôler les prix aux Etats-Unis à l’enquête de la Commission européenne pour pratiques anticoncurrentielles, en passant par l’amende de l’Autorité de la concurrence en France, Google multiplie les risques sur plan antitrust. En attendant, il aurait capté 38% de la croissance du marché publicitaire numérique mondial en 2021, selon eMarketer, et resterait de loin le numéro un du secteur.

Cette activité reste très rentable. L’entreprise a enregistré un résultat net de 76 milliards de dollars en 2021, en augmentation de 89%. De plus, alors que Meta et les autres acteurs de la publicité en ligne ont été pénalisés par la nouvelle politique d’Apple qui a mis en place l’opt-in pour la publicité ciblée sur iOS, Google a réussi à mieux s’en sortir car il collecte suffisamment de données par lui-même.

A côté de la publicité, les autres activités de Google ne pèsent pas lourd. Par exemple, au quatrième trimestre 2021, Chrome, Android, les smartphones Pixel (qui ont connu un record de ventes) et les PC, les applis et les abonnements ont dégagé ensemble moins de chiffre d’affaires que la publicité sur YouTube.

Google cloud toujours pas rentable.
Quant au cloud, l’activité n’est toujours pas rentable, mais si les pertes diminuent (890 millions de dollars au 4e trimestre) et que la croissance est là. Sur les trois derniers mois de l’année, les services de cloud pour les entreprises ont dégagé un chiffre d’affaires de 5,5 milliards, en croissance de 45% sur un an.

The Information avait révélé en 2019 que Google s’était fixé en 2018 l’objectif de devenir numéro deux mondial de l’infrastructure as a service, après avoir envisagé un temps de quitter le marché s’il n’y parvenait pas. Mais sur ce marché, Google Cloud est toujours un challenger (6% de part de marché selon Gartner en 2020) face à Amazon (41%) et Microsoft (20%). L’entreprise a déclaré lors de la présentation de ses résultats 2021 qu’elle souhaitait continuer à investir « de façon agressive » dans « Avec le temps, la marge opérationnelle devrait profiter des économies d’échelle », estime la directrice financière de Google. L’entreprise a-t-elle d’autres choix, compte tenu des risques de déstabilisation réglementaire de son modèle publicitaire ?

Quoi qu’il en soit, la compagnie a de quoi voir venir. Elle est assise sur une petite montage de cash de 21 milliards de dollars, et dispose des moyens pour investir. En 2021, elle a augmenté ses efforts de R&D à 31 milliards de dollars.

/www.usine-digitale.fr

Raphaële Karayan

Partager :