Partager :

ISRAELVALLEY. DE YOUVAL BARZILAÏ. Les israéliens, machos et sexistes dans le hightech, secteur fortement marqué par la culture de Tsahal? La réponse est assez positive malgré des dénégations.

Gestes déplacés, messages équivoques, pressions: des femmes de la « tech » israélienne dénoncent, avec beaucoup de précautions,  dans les réseaux sociaux ce qu’elles appellent la culture sexiste et de harcèlement. Les démissions pour cause de harcèlement sont une réalité mais sont très peu médiatisées en Israël. Tout se passe dans la discrétion la plus totale. Les seuls cas (assez rare) médiatisés concernent le cas de filiales américaines en Israël qui n’hésitent pas à se séparer très vite des harceleurs. Peu de chiffres ont été publiés.

Le monde du hightech est depuis plusieurs années accusé de sexisme et de fermer les yeux sur le harcèlement sexuel. Emi Nietfeld, une ingénieure ayant travaillé chez Google Etats-Unis a raconté dans le New York Times comment les ressources humaines ne l’ont pas soutenue lorsqu’elle a fait part d’un problème de harcèlement sexiste.

Après la parution de sa tribune, une pétition exigeant des changements a recueilli plus de 2 500 signatures dans le Groupe Google (incluant Israël).

« Les représentants des ressources humaines n’ont pas dit oui à tout, mais on voit des évolutions dans leur façon de gérer les accusations de harcèlement », relate le salarié. Les scandales de harcèlement sexuel ou de discrimination contre des minorités se sont multipliés ces dernières années dans la Silicon Valley, mais pas spécialement en Israël, dans la foulée du mouvement #MeToo.

A. Le sexisme est une attitude discriminatoire fondée sur le sexe, ou, par extension, sur le genre d’une personne. Le sexisme est lié aux préjugés et au concept de stéréotype et de rôle de genre, pouvant comprendre la croyance qu’un sexe ou qu’un genre serait intrinsèquement supérieur à l’autre.

Dans sa forme extrême, il peut encourager le harcèlement sexuel, le viol ou toute autre forme de violence sexuelle. Le sexisme évoque également la discrimination de genre sous la forme des inégalités hommes-femmes. Les cibles du sexisme sont principalement les femmes.

La thématique du sexisme est abordée par différentes disciplines comme l’analyse des médias, la sociologie, les sciences politiques, la psychologie ou la philosophie.

B. Le machisme, avec ses dérivés « machiste » et « macho », désigne la tendance de personnes à mettre en avant de manière exacerbée et exclusive la virilité des hommes et de croire que les femmes leur seraient inférieures dans tous les domaines ou dans les domaines prestigieux, pensant ainsi qu’il est logique qu’elles soient cantonnées aux tâches subalternes.

Le machisme implique souvent la phallocratie (seuls les hommes décident ou ont le pouvoir de décider dans les domaines les plus importants) et peut impliquer la misogynie.

 

Partager :