Partager :

Le géant israélien de l’alimentation Tnuva vise le marché en pleine croissance de la viande de culture avec sa propre startup qui développera du bœuf cultivé en laboratoire en partenariat avec la société de biotechnologie Pluristem Therapeutics, une société de thérapie cellulaire basée à Haïfa et cotée au Nasdaq.

Tnuva et Pluristem ont annoncé lundi la création de cette entreprise, qui leur permettra de développer, de mettre sur le marché et de commercialiser de la viande cultivée en laboratoire d’ici 2023. Leur start-up commune, dont le nom provisoire est NewCo, recevra des droits de licence pour utiliser la technologie, la propriété intellectuelle et le savoir-faire de Pluristem en matière de viande cultivée.

Pluristem gérera les activités de R&D de la société tandis que Tnuva investira un montant initial de 7,5 millions de dollars, selon l’annonce, et recevra les premiers droits sur tous les produits développés en Israël.

Jacob Heen, directeur général adjoint de Tnuva, a déclaré au Times of Israel lors d’une interview téléphonique lundi que l’entrée de l’entreprise alimentaire dans le secteur de la viande cultivée, où Israël est actuellement un acteur de premier plan, faisait partie d’une « stratégie conforme aux demandes des consommateurs en matière d’alimentation ».

Selon M. Heen, Tnuva, l’une des plus anciennes entreprises alimentaires d’Israël, qui détient environ 15 % des parts du marché alimentaire et environ la moitié des parts du marché des produits laitiers, s’est davantage concentrée sur les initiatives de technologie alimentaire avec des alternatives laitières ces dernières années, en lançant une large gamme de boissons à base de plantes, de yaourts, de fromages et d’autres produits similaires aux produits laitiers.

Tnuva possède également une ligne de légumes surgelés, Sunfrost, ainsi qu’une ligne de viande fraîche et surgelée, Adom Adom. En 2014, Tnuva est devenue une filiale de la multinationale alimentaire Bright Foods après que le conglomérat chinois a acheté la majorité de ses parts.

Les produits à base de plantes sont « actuellement une petite partie de l’activité comparativement, mais si nous regardons la croissance totale, elle est très importante », a déclaré Heen. « Nous sommes forts dans les substituts alternatifs au lait et aux produits laitiers, mais pas du tout dans la viande ».

Times of Israel.

Partager :