Partager :

Pegasus représente une avancée technologique importante par rapport aux systèmes de surveillance antérieurs.

Le politicien le plus influent de Pologne a reconnu que son pays avait acheté des logiciels espions avancés au fabricant de logiciels de surveillance israélien NSO Group, mais a nié qu’ils étaient utilisés pour cibler ses opposants politiques, rapporte l‘Associated Press.

Jaroslaw Kaczynski, chef du parti conservateur au pouvoir en Pologne, Law and Justice, a déclaré dans une interview que le logiciel Pegasus, est désormais utilisé par les services secrets de nombreux pays pour lutter contre le crime et la corruption.

Selon lui, Pegasus représente une avancée technologique par rapport aux systèmes de surveillance antérieurs, qui ne permettaient pas aux services d’étudier les messages cryptés.

« Ce serait dommage que les services polonais ne disposent pas de ce type d’outil », a déclaré Kaczynski.

Le chef de file de l’opposition polonaise, Donald Tusk, a toutefois dénoncé « la plus grande et plus profonde crise pour la démocratie » dans ce pays depuis la fin du communisme, après les informations selon lesquelles le gouvernement espionnait ses opposants.

« C’est sans précédent dans notre histoire », a déclaré aux journalistes l’ancien chef du Conseil européen, qui dirige aujourd’hui le parti centriste polonais Plateforme civique.

i24News.

Partager :