Partager :

Etats-Unis : La vice-présidente américaine dénonce l’isolement d’Israël « en raison de la haine anti-juive »

Kamala Harris a participé à la Conférence de l’Anti-Defamation League, la principale organisation américaine de lutte contre l’antisémitisme.

Son bureau a transmis à la presse la teneur du discours qu’elle a prononcé : « Il y a trois ans, nous avons subi l’attaque la plus meurtrière contre la communauté juive américaine de l’histoire de notre nation à la synagogue Tree of Life à Pittsburgh, en Pennsylvanie (…)

Et je veux être très clair à ce sujet : lorsque les Juifs sont ciblés en raison de leurs croyances ou de leur identité, lorsqu’Israël est pointé du doigt à cause de la haine antijuive, c’est de l’antisémitisme. Et c’est inacceptable. »

L’accent mis par Harris sur l’antisémitisme exprimé par rapport à Israël survient quelques semaines à peine après qu’elle se soit attiré les critiques des républicains et de certains responsables juifs pour ne pas avoir rejeté avec force l’affirmation d’un étudiant selon laquelle Israël a commis un « génocide ethnique ».

La conférence de l’ADL intervient alors que les organisateurs du rassemblement suprémaciste blanc de 2017 sont jugé. Une jeune militante anti-raciste y a été tué.

Durant sa campagne, Joe Biden a affirmé que ce rassemblement, où un ensemble de groupes d’extrême droite et néonazis ont scandé des slogans tels que « Les Juifs ne nous remplaceront pas » était l’un des événements qui l’ont motivé à se présenter à la présidence contre Donald Trump.

ES

Radio J.

Partager :