Partager :

Conséquence inattendue des progrès des technologies et de la Covid 19, depuis mai 2020, le bureau du greffier du comté d’Utah, à Provo, a célébré des mariages virtuels pour plus de 3 500 couples internationaux, notamment des mariés d’Israël, mais aussi d’Azerbaïdjan, de Chine, d’Estonie, de Finlande, du Danemark, de France, de Guam, d’Islande, du Kenya et de Madagascar.

Alors que plusieurs États américains ont autorisé les couples locaux à remplir les formulaires de demande et même à se marier en ligne, le comté de l’Utah est allé plus loin. Après avoir rendu virtuel l’ensemble du processus de mariage, de la demande de licence à la cérémonie, le greffier du comté a commencé à accepter les demandes de couples de différents États – et bientôt de différents pays. Seul le célébrant devait être en Utah.

« Le mot s’est répandu très vite », a déclaré Joshua Daniels, le greffier du comté d’Utah, qui a été élu à ce poste au printemps.

Les membres de groupes comme Love Is Not Tourism, qui partagent des conseils sur les relations transfrontalières, ont répandu la nouvelle. Des officiers de mariage privés, tels que Web Wed, ont compris et ont commencé à envoyer leurs clients – virtuellement – dans le comté d’Utah, a déclaré M. Daniels.

« L’amour ne connaît pas de frontières, qu’elles soient géographiques ou autres », a déclaré M. Daniels. « Nous permettons aux couples de se réunir malgré les circonstances qui pourraient les séparer physiquement. »

Pour certains couples, le processus de mariage virtuel proposé par le comté de l’Utah a été une bouée de sauvetage au milieu de la pandémie, qui a poussé de nombreux pays à fermer leurs frontières, mais des centaines de couples d’Israël ont utilisé le service car les mariages civils ne sont pas célébrés dans le pays. Avant la pandémie, les couples homosexuels, les couples mixtes et les couples dont l’un ou les deux membres ne pouvaient pas prouver qu’ils étaient juifs se rendaient hors d’Israël pour se marier et enregistraient ensuite le mariage en Israël.

Une fois les frontières fermées, certains couples ont tenté de se marier à bord de bateaux suffisamment éloignés de la terre pour être considérés comme hors du territoire israélien. « Ce n’est pas une expérience agréable, mais c’est légal », a déclaré Vlad Finkelshtein, dont le cabinet d’avocats travaille avec le comté d’Utah pour marier des citoyens israéliens.

Le ministère de l’Intérieur israélien ne reconnaît pas les mariages célébrés par le biais du système virtuel du comté de l’Utah, mais M. Finkelshtein et ses clients ont contesté cette décision devant les tribunaux. « Il s’agit d’une étude de cas parfaite sur la façon dont la technologie peut contribuer à promouvoir les droits humains fondamentaux », a déclaré l’avocat.

Source : New York Times & Israël Valley

Partager :