Partager :

Bonjour Steeve, bonjour Chers auditeurs de Radio J,

Nous allons parler de Playtika.

GAMING. Playtika est une société de divertissement numérique basée en Israël qui se spécialise dans le développement et la publication de jeux mobiles gratuits. En 2021, Playtika comptait plus de 35 millions d’utilisateurs actifs par mois.

Playtika a été fondée en 2010 et compte plus de 3 700 employés dans des bureaux dans le monde entier, notamment à Herzliya, Chicago, Las Vegas, Santa Monica, Tel-Aviv, Londres, Berlin, Vienne, Helsinki, Montréal et Sydney. L’entreprise fabrique des jeux de casino sociaux tels que les World Series of Poker. Elle compte plus de 35 millions d’utilisateurs actifs par mois pour ses jeux, et 12 millions reviennent chaque jour.

Spécialisé dans les jeux mobiles de simulation de casino et de poker (« Bingo Blitz », « Slotomania », « Poker Heat »…), le groupe a mis la main sur la firme finlandaise Reworks et son application Redecor. Une manière pour Playtika de se diversifier. Aujourd’hui, la firme pèse plus de 11 milliards de dollars à Wall Street.

Ce n’est pas la firme drainant la plus forte notoriété dans le secteur du jeu vidéo, mais Playtika est pourtant un poids lourd dans l’industrie mobile.

La firme, qui a ses quartiers en Israël, vient de franchir un nouveau cap en réalisant l’acquisition la plus importante, au niveau financier, de son histoire. Le groupe a signé un chèque à 400 millions de dollars afin de mettre la main sur 80 % du capital de la firme finlandaise Reworks.

Ce dernier s’autodéfinit comme un studio développant des contenus lifestyles et des jeux sociaux, et a notamment mis au point Redecor, une application ludique permettant de tester de nouvelles décorations pour les différentes pièces de sa maison en y projetant, depuis l’écran de son smartphone, de nouveaux meubles, nouvelles tapisseries, etc.

LE PLUS.

Le propriétaire de Playtika est Alpha Frontier, un consortium d’investisseurs qui comprend le président de Giant, Shu Yuzhu. En fait, Giant a essayé de racheter la société, mais sans succès. Parmi les acquisitions de Playtika, on trouve l’allemand Wooga, l’autrichien Supertreat et le finlandais Seriously. Les studios de la société exploitent 20 jeux, tous des titres gratuits qui font l’objet de mises à jour fréquentes (appelées « opérations en direct »).

Les offres publiques pour les sociétés de jeux ont généré 9,2 milliards de dollars en valeur au cours des neuf premiers mois de 2020, selon la société de suivi des investissements dans les jeux, InvestGame.

 

Partager :