Partager :

Israël a mené des frappes dans la bande de Gaza en représailles au lancement de ballons incendiaires depuis l’enclave palestinienne, selon les autorités israéliennes.

La tension ne faiblit pas au Proche-Orient. Israël a annoncé avoir mené des frappes aériennes sur la bande de Gaza tôt dimanche 29 août après des lancers de ballons incendiaires vers le territoire israélien depuis l’enclave palestinienne.

« Les raids ont visé un complexe militaire du Hamas (au pouvoir à Gaza) utilisé pour la fabrication d’armes et pour des entraînements ainsi que l’entrée d’un tunnel terroriste adjacent à (la ville de) Jabalia », affirme le communiqué de l’armée israélienne.

« Les frappes étaient en représailles aux lancers de ballons incendiaires par le Hamas sur le territoire israélien et aux violentes émeutes qui ont eu lieu hier » (samedi), précise le communiqué.

Les autorités gazaouies n’ont pas déploré de victime dans l’immédiat.

S’exprimant à Washington, où il avait rencontré vendredi le président américain Joe Biden, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a déclaré qu’il tenait le Hamas responsable de tout trouble à partir de l’enclave palestinienne.

« Comme je l’ai déjà dit, nos actions à Gaza serviront nos intérêts », a-t-il déclaré aux journalistes avant de prendre l’avion pour retourner en Israël. « En ce qui me concerne, l’adresse a été et reste celle du Hamas. »

Affrontements samedi soir.

Samedi soir, des heurts ont éclaté entre l’armée israélienne et des Palestiniens répondant à l’appel de plusieurs groupes à Gaza pour protester notamment contre le blocus imposé depuis près de 15 ans par Israël sur l’enclave palestinienne surpeuplée.

L’armée a eu recours à des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes tandis que des manifestants brûlaient des pneus, selon un journaliste de l’AFP.

Selon le ministère gazaoui de la Santé, 11 Palestiniens ont été blessés lors de ces affrontements, dont trois par des tirs à balles réelles.

De leur côté, les pompiers israéliens ont rapporté que des ballons incendiaires lancés depuis Gaza avaient déclenché des feux de brousse en Israël.

Le week-end dernier, une quarantaine de personnes avaient été blessées le 21 août par des tirs israéliens, selon les autorités gazaouies, parmi lesquelles Omar Hassan Abu Al-Nile, un Palestinien de 12 ans décédé samedi. Un membre des forces de sécurité israéliennes, touché par des tirs, est lui toujours dans un état critique.

La semaine a ensuite été émaillée d’incidents, avec des raids aériens israéliens contre des sites du Hamas, des lancers de ballons incendiaires depuis Gaza et des affrontements au niveau de la barrière frontalière séparant l’enclave de l’État hébreu.

Israël et le Hamas se sont livré une guerre éclair de onze jours en mai, durant laquelle 260 Palestiniens ont été tués par des frappes israéliennes sur Gaza, parmi lesquels des combattants, selon les autorités locales. En Israël, les tirs de roquettes depuis Gaza ont fait 13 morts, dont un soldat, d’après la police et l’armée.

Avec AFP

Partager :