Partager :

EDITORIAL. SPECIAL ISRAELVALLEY. IsraelValley (basé à Tel-Aviv et Paris) et The Algemeiner, journal basé à New York qui couvre l’actualité juive et israélienne américaine et internationale, ont été les premiers à annoncer la mission parlementaire française en Israël qui démarre ce jour (lire ci-dessous en (1) pour The Algemeiner).

Arrivée hier dimanche et ce lundi d’une importante délégation de parlementaires français.

JOUR J. Des efforts considérables (en période de Covid-19, rien n’est simple) ont été nécessaires pour mener à bien une mission organisée par ELNET, qui démarre ce jour. L’Ambassadeur de France en Israël, Eric Danon, va accueillir la délégation. Sans langue de bois, et comme il a l’habitude de le faire, dans un style direct et précis, il va raconter la « vrai » collaboration France-Israël. Pas celle qui est racontée par des personnalités et journalistes, politologues, qui n’ont jamais mis les pieds en Israël. Et qui commentent le conflit israélo-arabe comme un match de foot imaginaire.

La mission va rencontrer des personnalités de premier plan en IsraëL Le programme officiel n’a pas été diffusé à la presse. Ce que nous savons du programme : Yair Lapid, Naftali Benett, le Président Herzog, Benyamin Netanyahou… seront rencontrés.

C’est dans la Résidence de l’Ambassade de France à Tel-Aviv que nous avons eu, de manière informelle, la confirmation de cette mission unique (Jérusalem, Tel-Aviv…). Il y a quelques années, lors d’une mission assez similaire, j’ai eu l’occasion de présenter, avec Philippe Roitman, la Silicon Valley israélienne. La soif d’apprendre des parlementaires français est énorme. Nous avions été bombardés de questions.

LE PLUS. Arié Bensemhoun (Source LPH) : « ELNET fait découvrir Israël aux décideurs, à ceux qui ont des responsabilités politiques, sociales ou économiques. La plupart des gens qui parlent sur Israël ne connaissent pas le terrain, la société. Pour nous, la vérité nous parait tellement évidente que l’on ne comprend pas que des gens à des postes de responsabilité puissent avoir des idées aussi saugrenues sur ce qui se passe en Israël.

Sur l’ignorance, on peut construire tous les mensonges, c’est pour cela que notre mission est fondamentale. A chaque fois, les participants repartent émerveillés. Nous privilégions les délégations d’influenceurs, parce qu’à partir de leur parole, nous pouvons toucher un maximum d’Européens ».

Toujours selon Arié Bensemhoun (Source LPH) : « Les seuls combats que l’on perd sont ceux que l’on n’a pas menés. Nous croyons à la coexistence pacifique, à la réconciliation entre les Juifs et les Musulmans. D’ailleurs dans nos textes, Itshak et Ishmaël se sont réconciliés sur la tombe de leur père, Avraham. Les différends entre ces deux peuples ne sont pas insurmontables. Le monde occidental, enfermé dans ses schémas colonialistes, a besoin de ce conflit: la réconciliation lui ferait perdre beaucoup de son pouvoir. Les Arabes doivent comprendre que leur salut vient des bonnes relations avec les Juifs et que l’avenir de ces deux peuples est intimement lié. Personnellement, je crois à cette entente, elle est la clé de la paix universelle ».  

LE PLUS. Créée en 2007 par des leaders européens, américains et israéliens, ELNET est une organisation qui a su gagner ses lettres de noblesse sur le terrain du réchauffement des relations entre l’Europe et Israël. Son ambition: « développer des partenariats stratégiques entre des États européens et Israël, basés sur des valeurs communes de démocratie, de paix, de liberté et de prospérité, pour la construction d’un avenir meilleur et plus sûr ».

Instance non communautaire, elle est présente dans plusieurs capitales européennes et œuvre au quotidien pour rapprocher deux entités qui ont tant à partager et à gagner à mieux se connaître: l’Europe et Israël.

 

LE PLUS. (1) « The Algemeiner » : A high-profile French diplomatic delegation will visit Israel next week to meet with the country’s new government to advance ties between the two countries and discuss shared interests between the Jewish state and Europe.

The mission of some 40 French lawmakers, which will arrive on July 19 for a three-day tour, is the largest diplomatic group to visit Israel since the coronavirus outbreak. More than half of the French parliamentarians will be setting foot in Israel for the first time.

The visit comes after the first official visit of Israel’s Foreign Minister Yair Lapid in Brussels, where he met with France’s Foreign Minister Jean-Yves Le Drian on July 12 and vowed to open a new chapter in Europe-Israel relations.

“France is an old friend of Israel and we wish to strengthen and further deepen the alliance between our two countries,” Lapid tweeted following the meeting. “We also talked about the importance of the European Union and Israel’s willingness to maintain a constructive dialogue with the EU on all subjects.”

The delegation will be hosted by ELNET — an NGO focused on developing Europe-Israel ties — together with Israel’s Ministry of Foreign Affairs. The French group is scheduled to meet with Prime Minister Naftali Bennett, President Isaac Herzog, Opposition Leader MK Benjamin Netanyahu, Chairman of the Knesset Foreign Affairs and Defense Committee MK Ram Ben-Barak, and Knesset Speaker MK Mickey Levy, among others.

As part of the trip, the French parliamentarians will travel to Israel’s southern border with Gaza to observe the situation on the ground following the latest round of clashes with the Hamas terror organization, learn about Israel’s Iron Dome defense system, and meet with residents of the southern city of Sderot to hear about their personal experience of living under rocket attacks.

Additionally, the delegation will visit the Knesset and discuss Israel’s coronavirus vaccination strategy with Prof. Ran Balicer, chairman of the government’s advisory committee panel on COVID-19.

Jonathan-Simon Sellem — a journalist and an elected representative of French living in Israel — argued that while the meetings would be friendly, they do not signal any material change in French policy toward Israel.

“France and Israel are sharing the same values, fighting terror, sharing information, and are big business partners, but French interest is most of the time in the Arab world,” he told The Algemeiner. “France goes where their clients are — France is looking to Qatar, or is looking at the possible markets to take in Iran; but not in Israel.”

Partager :